Vénissieux
© Tim Douet

L’association des maires Ville & Banlieue s’installe à Lyon

L’association de défense et de valorisation des quartiers a quitté Paris le 2 octobre pour s’installer à Lyon. Un nouveau départ pour Ville & Banlieue, qui souhaite remettre sur le devant de la scène la question de la politique de la ville.

Ville & Banlieue, jusqu’ici installée à Paris, a déménagé à Lyon le 2 octobre. L’objectif de cette association, créée en 1983 à Rezé (44) : favoriser le développement des quartiers les plus fragiles du territoire, valoriser l’image des villes de banlieue et proposer les grandes orientations de ce que l’on appelle “la politique de la ville” afin de réduire les inégalités entre les territoires. Le choix de Lyon s’est d’abord fait pour des raisons financières, confie Sylvie Thomas, la déléguée générale de l’association : “Nous ne vivons que par les cotisations des adhérents. Comme beaucoup d’associations, nous avons des problèmes de finances et il a fallu déménager car les loyers sont plus accessibles ici.” Un choix aussi guidé par l’emplacement stratégique de Lyon vis-à-vis de Paris : “Pour nous, Lyon ou Paris c’est pareil, parce qu’en deux heures on peut y être.”

Un président de gauche et une vice-présidente de droite

Vaulx-en-Velin, Saint-Fons et Bron font partie de Ville & Banlieue, mais d’autres communes de l’agglomération l’ont quittée récemment, comme Décines-Charpieu ou Rillieux-la-Pape, après les changements de majorité en 2014. L’association se défend pourtant de toute orientation partisane. “Nous ne sommes ni de droite ni de gauche. Notre président est de gauche et notre première vice-présidente est de droite. La seule chose que l’on veut, c’est défendre les quartiers”, insiste Sylvie Thomas. Dans la région, Ville & Banlieue va d’ailleurs organiser des réunions thématiques avec les élus et les acteurs de la politique de la ville, afin de faire un point sur la situation des “quartiers” dans la métropole lyonnaise.

Un nouveau départ

En s’installant à Lyon, l’association souhaite aussi prendre un nouveau départ pour refaire parler de la question de la “politique de la ville”, plutôt absente du débat de la dernière élection présidentielle, et attirer de nouveaux membres. Le manque d’intérêt politique pour la “cause des quartiers” a conduit les associations Ville & Banlieue et Bleu Blanc Zèbre à organiser des États généraux de la ville à Grigny (Essonne) le 16 octobre afin de “sensibiliser” sur le sujet. Une stratégie payante puisque les acteurs de la politique de la ville seront reçus le 13 novembre à l’Élysée pour un déjeuner avec Emmanuel Macron.

à lire également
Laurent Wauquiez 10.16 région 2
Dans l'hypothèse où l’élection présidentielle aurait lieu ce dimanche, Laurent Wauquiez n'obtiendrait que 8 % des voix selon un sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match, Sud Radio et CNews. Emmanuel Macron, lui, est le président le plus populaire après un an de mandat depuis Jacques Chirac en 2003. C'est une petite claque pour Laurent Wauquiez. Le président […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut