sytral
© DR

Conseil syndical du Sytral : le projet de ligne C3 fait débat

Le Sytral se réunissait vendredi en début d’après-midi pour approuver le projet de ligne de bus C3 en double site propre. Un débat houleux qui a entériné le projet, malgré la publication dans 15 jours d’une étude sur l’intérêt du tramway.

Ce vendredi, le conseil syndical du Sytral se réunissait sous la présidence d'Annie Guillemot afin de délibérer, entre autres, sur l'aménagement en double site propre de la ligne de bus C3 entre le pont Lafayette et le pôle multimodal Laurent-Bonnevay. Un point qui a concentré l'ensemble des débats, alors que quelques jours plus tôt le groupe EELV avait annoncé ne pas vouloir de ce projet, lui préférant celui d'un tramway.

Le projet de tramway coûterait entre 268 et 395 millions d’euros selon les tronçons, alors que l'aménagement du tracé du C3 reviendrait seulement à 55 millions, selon Jean-Paul Bret, le maire de Villeurbanne. Des montants très différents pour un gain de temps de 14 minutes pour le tramway et 10 minutes pour l'aménagement en double site propre.

“Personne ne peut dire qu’il ne savait pas ce qu’il a voté”

Dès le début des débats, la présidente du Sytral est entrée dans le vif du sujet. "Le 11 décembre 2014, vous avez approuvé l'avant-projet de la ligne C3 et personne ne peut dire qu'il ne savait pas ce qu'il a voté, parce que ce dossier est extrêmement précis", a-t-elle entamé, essayant de couper l'herbe sous le pied des indécis et des détracteurs.

Annie Guillemot s'est montrée ferme quant à son intention de faire aboutir ce projet de double site propre sur la ligne C3 : "Je suis présidente depuis le 11 juin et je n'ai pas voté le plan de mandat, mais c'est à moi de le mettre en œuvre et le C3 en fait partie."

Pourtant, de façon conforme à l'avis du commissaire-enquêteur qui reconnaissait que "la solution tramway est séduisante à plus d'un titre", la sénatrice du Rhône a indiqué que "l'étude sur le tramway sera[it] disponible d'ici quinze jours". "Une commission générale se déroulera avant la prochaine commission syndicale pour que ce document soit discuté", a ajouté Annie Guillemot.

“Il y a un besoin vital de modifier cette ligne et il faut le faire le plus vite possible”

C'est bien sur ce point que les opposants au projet se sont engouffrés, arguant de l'incongruité de voter un projet d'aménagement en double site propre alors que l'étude sur le tramway n'avait pas encore été rendue publique.

Représentant Les Républicains, Michel Havard fait partie de ceux-là. Jugeant que la méthode de concertation n'était "pas un modèle du genre, ce qui est souvent le cas à Lyon", il a regretté qu’“aucune solution alternative n'ait été étudiée alors que la dépense de 55 millions pour gagner 4 minutes mériterait une analyse plus sérieuse dans une période de difficulté financière”. Une période de pénurie budgétaire qu'il a pourtant vite oubliée au moment d’évoquer l'idée de créer une nouvelle ligne de métro qui emprunterait le trajet actuel du C3, et critiqué l'idée même de ne pas penser à réaliser ce type de transport en commun.

"Ne pas faire un métro est un manque de vision sur ce que sera la ville dans vingt ans", a tancé Michel Havard, avant de demander le retrait du projet de double site propre de la ligne C3 des délibérations, pour se "donner le temps de trouver des solutions sans foncer tête baissée".

Une mise en cause qui a fait sortir Gérard Collomb, membre et ancien président du Sytral, de sa torpeur. Incisif, le maire de Lyon a mis en avant son expérience dans ce type de projet : "Nous avons montré par le passé que nous sommes ouverts à tout type de transport, et à chaque fois, ce qui a motivé notre choix, c'est l'aspect financier et la volonté de choisir le mode de transport le plus adapté."

Gérard Collomb a balayé d'un revers de la main l'idée de faire un métro entre Saint-Paul et Villeurbanne, au motif que "le métro est moins adapté au type de mobilité des trajets sur la ligne C3". "Il y a un besoin vital de modifier cette ligne et il faut le faire le plus vite possible", a conclu le président de la métropole.

8 commentaires
  1. Robes Pierre - 26 septembre 2015

    quelle serait la réaction des usagers s'il connaissaient le coût de ces messieurs réunis dans de beaux salons, passant des heures à palabrer dont la plupart méconnaissent le fonctionnement du réseau.

  2. nico-yzfr6 - 26 septembre 2015

    Et pendant ce temps là, les riverains et les usagers attendent... et payent leurs impôts pourtant.

  3. Le Canut de Lyon - 26 septembre 2015

    Quand donc sera affiché clairement le total des indemnités touchées par les élus lors de chaque réunion du Sytral ? Pour qu'enfin les lyonnais sache ce que celà leur coûte ? (J'ai entendu parler de 1000 euros par séance par élu)...Quand à l'expertise de Collomb, celle dont il se vante, c'est de donner les marchés juteux à ses copains ???

  4. Kasneh - 26 septembre 2015

    La ligne C3 c'est une noria de trolleybus toutes les 5 minutes, pesant 17 tonnes + passagers. Ils défoncent la chaussée tout le long de Lafayette et place des Terreaux. Ils ne correspondent plus aux besoins actuels de 50 000 passagers/j, en terme d'efficacité et de confort. A terme, il faudra envisager une ligne de tram et plus loin une ligne de métro St Paul/Cordeliers/Préfecture/Part-Dieu/Hôpitaux-Est. A cette période on aura changer de municipalité et de présidence du Sytral...

  5. SophieV - 26 septembre 2015

    Et le problème du T2 saturé et la ligne C2 bondée, cahotique ?

  6. blabla0 - 27 septembre 2015

    en comptant 20 millions d'euros du km, une première étape gare st paul-part dieu ferait 80-100 millions +matériel roulant et un nouveau dépôt comparez cela aux 55 millions qui vont améliorer l'offre mais pas vraiment la capacitéplus largement, un tramway st-paul-laurent bonnevay devrait facilement faire 100 000 voyageurs jours dés la mise en service

  7. neal59 - 28 septembre 2015

    Quand on voit l'argent qui a été mis dans l'acces au 'stade des lumières' il aurait sans doute été bien mieux utilisé ici. Il y a d'autres projets Sytral moins urgents ex la prolongation du T1. Et puis lutter contre la fraude pour avoir plus de rentrées d'argent serait bien, souvent quand on valide on a la double peine : ceux qui n'ont pas validé les premiers et donc payé pour le service ...sont assis car passés plus vite et cela diminue les capacités d'investissement. Cette ligne C3 est une honte et encore sans la mobilisation des usagers elle serait encore passée à la trappe; Aucune ligne n'a fait sortir de ses gonds ses utilisateurs comme celle ci. La moindre des choses serait de ne pas la traiter au rabais avec une dépense qui sera a refaire dès la fin des travaux.

  8. Roy Lapoutre - 29 septembre 2015

    Pour avoir bien connu ce système de l'intérieur je peux vous rassurer sur un point : le montant des indemnités des élus au Sytral est plutôt faible. En revanche, ce montant est proportionnel à leur connaissance des dossiers. La véritable compétence se trouve chez l'exploitant du réseau, parfois écouté par les technocrates du Sytral, parfois non. Cette grosse technostructure est sans doute le problème de fonctionnement le plus important des transports lyonnais. D'une compétence très contestable, elle est un vrai handicap à la réactivité du système. T3 : un site propre avec une fréquence de passage adaptée est la meilleure solution. Le tramway est une mode française mais représente des investissements lourds pour un mode de transport rigide et fragile.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut