Caroline Collomb
Caroline Collomb

Caroline Collomb prend la tête d'En Marche dans le Rhône

Caroline Collomb est officiellement la référente départementale de La République en Marche. L'annonce a été faite ce vendredi midi. Son statut d'épouse du ministre de l'Intérieur et ancien maire de Lyon n'est pas sans choquer quelques pionniers lyonnais du mouvement En Marche.

C'est désormais officiel depuis ce vendredi midi  : Caroline Collomb est la référente du parti présidentiel dans le Rhône. Le nom des responsables départementaux a été annoncé lors d'une conférence de presse de La République En Marche. Les référents n'ont pas élu, mais nommés, conformément aux statuts du parti, par les dirigeants nationaux de LREM. Localement, il ne s'agit pas vraiment d'une surprise. Aucun autre nom que celui de Caroline Collomb n'était évoqué pour prendre la succession de Bruno Bonnell devenu député de Villeurbanne en juin dernier.

L'épouse du ministre de l'Intérieur avait déjà pris le leadership sur le jeune mouvement en organisant notamment des commissions thématiques de travail. "Elle n'avait pourtant aucune légitimité pour le faire, regrette un marcheur de la première heure qui conteste le choix fait par Paris. Les gens ont adhéré à ces comités thématiques parce que chez nous, on préfère débattre que faire du militantisme de terrain. Elle a bien réussi son coup".

Cette désignation a fait grincer des dents chez les marcheurs issus de la société civile. Caroline Collomb était jusqu'en 2017 secrétaire de la section PS du 5e arrondissement. À l'heure où En Marche et le président de la République ne cessent de vouloir enterrer l'Ancien Monde, le choix de l'épouse d'un ministre du gouvernement apparaît paradoxal pour certains marcheurs. "On nous a expliqué qu'il ne fallait pas élire les responsables départementaux pour éviter de créer des baronnies et dans le Rhône, nous avons Caroline Collomb. Le fait même qu'elle s'appelle Collomb pose un problème. Elle est un levier pour que son mari garde la main sur Lyon. À travers elle, il est toujours à la manoeuvre", grogne un marcheur lyonnais. Lequel pronostique toutefois que la fronde ne prendra pas  : "il y a les municipales de 2020 dans l'esprit de beaucoup de gens. Personne ne bougera".

La légitimité de Caroline Collomb est aussi confortée par sa présence à En Marche dès le lancement du mouvement. Elle a souvent été présentée, au commencement, comme plus macroniste que son mari et avait fait campagne à Lyon en soutenant activement, notamment, Thomas Rudigoz, élu député de la 1re circonscription du Rhône.

à lire également
Michel Mercier avec son successeur au conseil départemental, Christophe Guilloteau, lors d’un meeting en 2015 © Tim Douet
Michel Mercier aime les fusions. Celle du département et de la métropole lui a permis d’éviter de laisser le conseil général du Rhône en situation de banqueroute. Celle de Thizy avec cinq communes voisines a permis à son territoire électif de voir ses recettes bondir. Mais, passé l’effet d’aubaine, comme le pointe la chambre régionale des comptes, l’horizon s’obscurcit. Il dessine une forme de pyramide de Ponzi institutionnelle.
2 commentaires
  1. kaoetic - 6 octobre 2017

    Ce n'est plus la République en marche mais le népotisme en marche!

  2. Jean Jaurès - 7 octobre 2017

    Même le PC stalinien était plus démocratique! En Marche est bien une firme où Macron a la main sur tout! Et Pour son 'Parlement' , seuls 25% seront désignés par les adhérents, et de quelle façon? Par tirage au sort, et ce n'est pas une blague!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut