Rhône/Drôme : 2,5 tonnes de cannabis et 80kg d’herbe interceptés

La police judiciaire de Valence, épaulée par des collègues lyonnais, a intercepté 1,6 tonne de cannabis le 17 décembre. Une première livraison avait été interceptée en janvier, elle était commanditée par deux frères lyonnais.

Une enquête digne d'un film policier. Pourtant, c'est bien une véritable arrestation que rapporte Le Progrès. La police judiciaire de Valence aura passé deux ans à enquêter minutieusement sur un important trafic de stupéfiants. Une belle récompense pour finir l'année en beauté. Ce 17 décembre, les hommes de la PJ de Valence interceptaient un camion transportant 1,6 tonne de cannabis dissimulée dans des cartons. Les policiers y ont également trouvé 50 kg d'herbe. On estime à 14 millions d'euros la valeur de la marchandise interceptée. Pour l'instant, les forces de l'ordre ignorent qui sont les commanditaires de cette livraison.

Une enquête de longue haleine

Depuis deux ans, les hommes de Philippe Breton, ancien de Lyon, travaillent pour démanteler le mode opératoire de livraison de drogue. Aidée par les policiers lyonnais, la PJ de Valence a réussi à comprendre où et comment était transportée la marchandise. À l'aide d'une société-écran, qui sous-louait deux camions à une grosse société de transport, les transporteurs importaient du cannabis venu du Maroc. Ils transitaient par l'Espagne jusqu'à une première interpellation en janvier 2017, qui a permis aux policiers d'intercepter un premier camion à Lunel, dans l'Hérault. À l'intérieur, 650 kg de cannabis et 30 kg d'herbe. Aux commandes, deux Lyonnais de 35 ans originaires des Minguettes, connus des services de police. Les deux frères sont en prison, l'un d'eux en sortait après avoir été incarcéré pour trafic de stupéfiants.

Au total de ces deux interpellations, les policiers valentinois estiment à 20 millions d'euros la valeur des drogues saisies.

à lire également
Devant la cour d'appel de Lyon - © Elie Guckert
Des proches et des amis de Mohamed Abdelhadi se sont réunis devant la cour d'appel de Lyon pour demander à la justice de "réparer son erreur". Celle-ci a remis en liberté le meurtrier présumé de Mohamed Abdelhadi en mars dernier. Malgré la chaleur écrasante de ce vendredi après-midi une trentaine de personnes se sont réunies […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut