Billets

Lyon : elle vivait aux frais de son ex-collègue depuis 20 ans

Une femme de 47 ans a été interpellée ce mercredi 3 mai à l’hôtel Campanile d’Écully. En vingt ans, elle aurait reçu près de 200 000 euros de son ancienne collègue, lourdement handicapée.

Le 3 mai dernier, la directrice de l’hôtel Campanile d’Écully s’est interrogée au sujet d’une femme de 47 ans, qui ne cessait de prolonger son séjour et qui ne présentait pas de carte bancaire. Celle-ci avait réservé une chambre en utilisant le numéro de carte bleue d’une dame âgée de 83 ans, lourdement handicapée. N’étant pas en mesure de montrer ce moyen de paiement aux salariés de l’hôtel, cette SDF avait éveillé leurs soupçons. La mise en cause a déclaré connaître la victime, une ancienne collègue de travail depuis vingt ans. Cette dernière lui aurait donné, à sa demande, entre 1000 et 1500 € par mois. Soit un total de 200 000 € sur vingt ans. La victime aurait déclaré avoir donné cet argent "pour avoir la paix" quand la femme de 47 ans lui rendait visite, car sinon cette dernière "ne voulait pas partir".

Elle demandait à ce que les factures soient envoyées à Gérard Collomb

Il s’est révélé que cette femme avait aussi fréquenté l’hôtel Campanile de Dardilly. Elle y était restée plusieurs jours, pour une somme de 1200 € payés avec ce même numéro de carte bancaire. Elle présentait alors une attestation de la propriétaire de la carte bleue disant qu’elle avait la permission d’utiliser sa carte. Une information démentie par la victime de l’escroquerie. Après que la Direction de l’hôtel ait refusé ses modes de paiement, la mise en cause demandait à ce que sa note soit envoyée à Gérard Collomb. Selon ses déclarations, elle aurait également séjourné à l’hôtel Kyriad de Sainte-Foy-les-Lyon et aurait réitéré sa demande d’envoi de facture au maire de Lyon. La mise en cause a été présentée au parquet ce jeudi 4 mai pour escroquerie, tentative d’escroquerie et abus de faiblesse. Elle a été laissée libre avec ouverture d’information.

à lire également
Avocats palais de justice
Une très jeune lyonnaise de 3 ans et demi s’étouffait en mangeant une Knacki Balls en 2012. Les parents de la jeune fille, aujourd’hui handicapée, ont attaqué la société Herta. La société a été condamnée par la cour d’appel de Paris. Les faits remontent au mois de mai 2012. Une fillette de trois ans et […]
3 commentaires
  1. inesP - 5 mai 2017

    Elle ne s'appelle pas Pénélope par hasard ?

  2. beefeater69 - 5 mai 2017

    Voici le genre d'amis que l'on aime avoir autour de sa famille. Bravo à la directrice du Campanile qui a attiré l'attention des services de l'état sur le cas de cette faible dame. Heureusement que certains français sont plus vigilants que les enfants de ces personnes vulnérables et les pseudos 'services sociaux' chargés de protéger les plus faibles. Espérons que les dirigeants des Campanile arrivent a empêcher cette 'SDF' de recommencer, puisque nos magistrats 'intouchables' ont relâché cette courageuse personne. Courage à nos forces de l'ordre qui mettent généralement leurs vies en danger pour des réponses pénales toujours aussi incroyables! Quant à cette chanceuse qui ressort libre d'un palais de justice avec 200 000 euros de butin, qu'elle profite de cette ineptie pour filer en URUGUAY!

  3. Abolition_de_la_monnaie - 6 mai 2017

    @beefeater69. . La justice n'est pas 'laxiste' comme vous l'insinuez. Les prisons sont pleines, les citoyens ne veulent pas payer d'impôts supplémentaires (ni pour le système judiciaire ni pour l'incarcération), et cette personne n'est pas 'un danger' pour la société, même si c'est une potentielle escroc qui peut nuire à des personnes faibles. (la dame âgée n'a pas été mise en danger / ce qui n'empêche pas le 'crime' d'être intolérable).

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut