Fiona
police

Fiona : en appel, la mère et l'ex-amant condamnés à 20 ans de réclusion

Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf ont finalement été condamnés à 20 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de Haute-Loire pour la mort de la petite Fiona en 2013. Selon l’avocat de la mère, un troisième procès se profilerait à l’horizon…

La sentence est tombée. Cécile Bourgeon et son ex-compagnon, Berkane Makhlouf, ont tous deux été condamnés à 20 ans de réclusion criminelle pour les coups fatals portés à la petite Fiona en 2013. Le tandem était jugé depuis le 29 janvier dernier, sans dépouille de la fillette – introuvable encore aujourd’hui – et une épée de Damoclès au-dessus de la tête. L’avocat général avait requis 30 ans contre eux. Une demande finalement amoindrie lors de la condamnation finale prononcée par la cour d’assises de la Haute-Loire de la nuit de samedi à dimanche.

Un procès sans nouveaux éléments

Des 25 jours de procès, aucun nouvel élément n’a été avancé, exceptés les faits eux-mêmes. “Les mensonges, les incohérences, la variabilité n’ont pas permis d’appréhender le contexte exact du décès, a précisé le président de la cour en réaction à l’arrêt rendu. Si ce n’est pas mentir, ils n’ont pas tout dit.” Le raisonnement avancé par Raphaël Sanesi et Gentile, avocat général, comme quoi Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf avaient agi de concert, a finalement été retenu par la cour.

“Elle a la peine qu’elle mérite”

En amont, la cour a retiré l’autorité parentale de Cécile Bourgeon sur ses deux autres enfants sous motif que Fiona était victime de maltraitance. En première instance, la mère n’avait écopé que de 5 ans de prison, dispensée des faits criminels qui lui étaient attribués. “Elle a la peine qu’elle mérite, réagit Nicolas Chafoulais, père de Fiona. C’est un soulagement pour moi et c’est juste pour Fiona.” De son côté, Me Renaud Portejoie, conseil de Cécile Bourgeon, ne se dit “naturellement pas surpris” par le verdict”. Il a précisé dans un second temps qu’il allait former “un pourvoi en cassation dès lundi”.

à lire également
Dessin de presse © Enef
Condamnés pour la première fois de l’histoire du mensuel à une publication judiciaire à la une, Lyon Capitale a décidé de ne pas faire appel et de faire toute la transparence sur dix ans de procès divers et variés. Le bilan est simple : financièrement, il vaut mieux ne pas faire de l’enquête en France.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut