Nordalh Lelandais mis en examen dans l'affaire Arthur Noyer
© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Affaire Maëlys : l’hypothèse du tueur en série évoquée

Le principal suspect de l’affaire Maëlys, Nordahl Lelandais, présenté devant le parquet de Chambéry ce mercredi, a été finalement mis en examen pour "assassinat" dans l’affaire Arthur Noyer, ce jeune militaire de 24 ans volatilisé en avril dernier.

Nouveau rebondissement dans l’affaire Maëlys. Le principal suspect, Nordahl Lelandais, mis en examen le 30 novembre pour "meurtre précédé d’un autre crime" de la petite Maëlys, est aussi soupçonné d’être à l’origine d’une autre disparition. Celle d’un jeune militaire de 24 ans, Arthur Noyer, déclaré disparu depuis le 12 avril à Chambéry.

Caporal au 13e bataillon de chasseurs alpins (BCA) de Chambéry, Arthur Noyer n’était pas rentré dans sa caserne dans la nuit du 11 au 12 avril, après une soirée passée en discothèque. Des similitudes troublantes entre sa disparition et celle de la petite Maëlys d’Araujo avaient été rapprochées par les enquêteurs, dont la présence de Nordahl Lelandais sur les lieux.

Selon eux, les deux affaires présentaient des caractères trop proches : une victime qui disparaît en pleine nuit, reste ensuite introuvable malgré d’importantes recherches, et tout cela sans mobile apparent.

Mis en examen pour "assassinat" dans l'affaire Arthur Noyer

Lundi, Nordahl Lelandais avait été extirpé de la prison de Saint-Quentin-Fallavier, près de Lyon, afin d’être placé en garde à vue dans le cadre de l’enquête sur la disparition du jeune Arthur Noyer. Après sa garde à vue prolongée de 24 heures, l’ex-militaire soupçonné de meurtre a été conduit ce mercredi au palais de justice de Chambéry pour y être interrogé. Il a finalement été mis en examen pour "assassinat" dans l’affaire Arthur Noyer.

Durant la conférence de presse tenue mercredi après-midi, le procureur de la République de Chambéry a évoqué, la découverte en septembre dernier "des restes d’un crâne humain", dans une forêt près de Montmélian (Savoie). L’analyse ADN de ce crâne a pu être transmise lundi aux enquêteurs, établissant qu’il s’agissait bien de celui d’Arthur Noyer. Le procureur a également confirmé que le suspect n°1 dans l’affaire Maëlys avait effectué des recherches sur Internet pour savoir "la meilleure façon de faire disparaître un corps". Interrogé, Nordahl Lelandais a reconnu sa présence à Chambéry le jour de la disparition du jeune militaire alpin, mais "a contesté l’ensemble des faits qui lui étaient reprochés".

Nordahl Lelandais à l'origine d'autres disparitions survenues dans la région ?

Désormais, les enquêteurs s’intéressent à toutes les affaires non résolues de disparition ou d’assassinat survenues ces dernières années en Auvergne-Rhône-Alpes. Notamment celle de Jean-Christophe Morin et d’Ahmed Hamadou, disparus lors du même festival de musique électronique au Fort de Tamié en 2011 et 2012, à un an d’intervalle. Les enquêteurs se penchent aussi sur l’affaire de la tuerie de Chevaline où quatre personnes ont été retrouvées sans vie, survenue en septembre 2012. Ils cherchent à savoir si Nordahl Lelandais, déjà principal suspect dans deux affaires, a pu y être "impliqué".

à lire également
Feu saint fons blue star silicone
Suite à l’explosion accidentelle qui a causé la mort d’un employé le 28 juin 2016 dans l'usine Bluestar de Saint-Fons, le procureur de la République réclame 100 000 euros d’amende contre les sociétés Elkem Silicones et GT Logistics. Le procès aura duré près de six heures ce vendredi au tribunal correctionnel de Lyon. Le temps […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut