Michel Mercier prêt à payer pour "montrer qu'il est irréprochable"


Par Mathilde Régis
Publié le 06/08/2017  à 16:38
3 réactions

L'avocat de Michel Mercier, Me André Soulier, a précisé au Journal du Dimanche que son client était "prêt à déposer le montant de la somme contestée à la Caisse des règlements pécuniaires des avocats". Il pourrait ainsi siéger au Conseil Constitutionnel en attendant la fin de l'enquête du parquet national financier pour "détournements de fonds publics".

Michel Mercier, sénateur-maire UDI, ici en 2014 © Tim Douet
© Tim Douet
Michel Mercier à Lyon en 2014.

En parallèle de sa nomination au Conseil Constitutionnel par Gérard Larcher, le président du Sénat, Michel Mercier fait l'objet d'une enquête du parquet national financier pour "détournements de fonds publics". En cause, l'emploi de ses deux filles comme assistante parlementaire entre 2003 et 2014, pointé ce mercredi par le Canard Enchaîné, qui s'interroge sur l'effectivité du travail de l'une d'elles, employée alors comme responsable des collections d’ethnographie à l’University College London. Ce vendredi, le président du Sénat Gérard Larcher avait refusé une perquisition au Sénat avant de transmettre des documents au parquet national financier plus tard dans la journée. Dans le même temps, le Conseil Constitutionnel a diffusé un communiqué, qui, sans préciser le nom de Michel Mercier, que l'institution se devait "d'apprécier si l'un de ses membres a manqué à ses obligations" et pourra "le cas échéant, en constater la démission d'office". Vraisemblablement en mauvaise posture, le sénateur qui ne manque pas de casseroles au niveau local "veut montrer qu'il est irréprochable" plaide son avocat, Me André Soulier, dans les colonnes du JDD. "Il conteste catégoriquement avoir commis la moindre infraction. Il veut montrer qu'il est irréprochable, en étant prêt à déposer le montant de la somme contestée, environ 40 000 euros, à la Caisse des règlements pécuniaires des avocats. Si personne ne parvient à prouver la moindre turpitude, la somme lui sera alors restituée" poursuit-il, rappelant que Michel Mercier "entend siéger" au Conseil Constitutionnel. Un conseil qui devra très prochainement se prononcer sur la réforme du Code du Travail. Selon l'avocat de Michel Mercier, les enquêteurs devraient l'interroger dans les semaines qui viennent.  

  • Actuellement 3 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3/5 (6 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
3 commentaires

payer pour faire oublier n'est pas la solution, c'est avant qu'il fallait y songer, mais rassurons nous il est loin d'être le seul, La procédure risquant de couter plus cher qu'elle ne va rapporter , on efface, tout sauf bien sur les malversations ou dissimulations type Cahuzac, on instaure une sanction, inéligibilité à vie assortie de prison ferme et bien sur remboursement des sommes

Signaler un abus | le 06/08/2017  à 21:49 | Posté par  Robes Pierre  

Payer avec l'argent des contribuables. Argent qu'il a gagné en spoliant nos impôts avec toutes ces casseroles qu'il traine derrière lui.
Hontes à tous ces élus qui volent notre argent (mandats, projets ruineux, etc...)

Signaler un abus | le 07/08/2017  à 12:17 | Posté par  Marine  

irréprochable, irréprochable, ...comme disait zazie!

Signaler un abus | le 08/08/2017  à 16:26 | Posté par  FEFI  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.