Lancement de Woodstower 2017 à Miribel : mission accomplie


Par Romain Mahdoud et Morgane Nicolas
Publié le 26/08/2017  à 17:24
Réagissez

De la musique, un cadre idyllique, une tyrolienne, pas de doute, le festival Woodstower est bien là. La rédaction est allée y faire un tour hier soir. On vous raconte tout.

Miribel-Jonage, le 25 août 2017 – Festival Woodstower © Charlotte Santana
© Charlotte Santana
Le public, mains levées, au festival Woodstower 2017.

À peine arrivés, nous prenons la direction de la scène “Saint-Denis”, consacrée, vous l’aurez compris, au hip-hop. La soirée s’ouvre sur un show de Columbine, jeune collectif de rappeurs rennais qui a connu une ascension fulgurante ces derniers mois. Les enfants terribles chauffent le public à blanc et préparent le terrain pour la suite de la soirée. Les hostilités sont lancées.

Sur le chemin qui nous mène d’une scène à une autre, on rencontre Claire, 25 ans, et Irène, 26 ans, toutes deux étudiantes en langues étrangères appliquées. Elles ont fait le déplacement de Savoie pour l’occasion. C’est la première fois qu’elle viennent à Woodstower, l’occasion “de sortir un peu de notre zone de confort”, nous racontent-elles. Elles sont venues voir The Blaze, Møme, Todd Terje, mais aussi Agar Agar et Tommy Cash. Nous croisons aussi la route d’Anissa, 25 ans, étudiante en droit, venue de Saint-Etienne exprès pour le week-end. Avec ses amis, c’est The Blaze qu’elle attend de voir avec impatience.

The Blaze, c’est ce duo de producteurs-musiciens français, étoile montante de la scène électronique. Ils étaient attendus par beaucoup de monde ce soir-là. Arrivés avec plus de vingt minutes de retard sur scène, on regrette qu’il n’aient pas fait durer le plaisir un peu plus longtemps. Ils auront toutefois fait vibrer le chapiteau avec leur électro aux sonorités planantes qui nous a transportés. Si l’on est un peu resté sur notre faim/fin, on ne peut que saluer leur performance qui aura mis tout le monde d’accord. Après quarante minutes de live, ils quittent la scène sous les cris et les applaudissements de la foule qui en redemande. Les cousins de The Blaze ont encore sans nul doute de beaux jours devant eux.

Demi Portion au festival Woodstower 2017 © Charlotte Santana
© Charlotte Santana
Demi Portion sur la scène de Woodstower 2017.

Entretemps, on a en pris plein les mirettes avec Demi Portion. Le rappeur sétois, habitué aux concerts et dont la réputation n’est plus à faire, enchaîne les morceaux et électrise la foule. Dans le plus pur esprit hip-hop, plusieurs jeunes sont invités à monter sur scène le temps d’un freestyle. Si la qualité n’est pas forcément au rendez-vous, on salue l’initiative du rappeur, responsable d’un grand moment de liesse avec le public. Une prestation pour le moins sportive qui se conclut sur une photo collective avec l’équipe et les festivaliers. Un concert explosif, à l’image de l’ambiance qui régnait ce soir-là sur l’ensemble du festival.

Changement de registre avec Seth Gueko, toujours aussi provocateur, qui a lui aussi foulé la scène Saint-Denis ce vendredi soir. Il aura su haranguer les foules. “Professeur Punchline” est en forme et son public le lui rend bien. Le rappeur parisien tient son rang et clôture la programmation rap de ce premier jour comme il se doit.

Côté électro, Clément Bazin aura été la découverte de la soirée. Le producteur parisien a enflammé la petite scène du Woodsfloor avec ses morceaux euphoriques teintés de mélancolie. Le set de Todd Terje a aussi été l’un des moments phares de la soirée. La disco-house du DJ norvégien a fait son petit effet.

Julie et Virgile, festivaliers – Woodstower 2017 © Charlotte Santana
© Charlotte Santana
Woodstower 2017 – Julie et Virgile à la fin de la première soirée.

C’est notamment pour lui que Virgile, 23 ans, étudiant en cinéma, et Julie, 24 ans, aux beaux-arts, ont fait le déplacement : “À la base, on est venus voir Todd Terje et The Blaze, mais c’est Tommy Cash qu’on a préféré.” Les traits tirés par la fatigue accumulée au cours de la soirée, ils sont tous deux ravis de ce premier jour. “J’adore l’ambiance festival en plein air, c’est hyper cool et le lieu est super sympa”, nous confie Julie.

À Woodstower, on croise des jeunes mais aussi des moins jeunes. Pierre, conducteur de travaux de 38 ans, est venu avec ses potes, qu’il a perdus en cours de route. Lui aussi est conquis par le début de ce week-end festif : “Franchement, c’est super cool. La population est jeune, mais ça ne me dérange pas, j’ai pas vraiment grandi moi-même !”

En résumé, on retiendra de ce premier soir la performance de The Blaze, le générosité de Demi Portion et le set énervé de DJ AZF, qui clôture la soirée. Les festivaliers quittent les scènes épuisés mais ravis de cette première affiche. Et pour la suite ? Que les festivaliers se rassurent, la relève est assurée : on attend Lorenzo l’empereur du sale, mais aussi The Driver (aka Manu Le Malin), Isaac Delusion et Møme. Pour une soirée qui promet d’être encore bien agitée.

 

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

(Mentions légales, cliquez-ici)
Mot de passe oublié ?