Une nouvelle présidente à la Chambre régionale des comptes


Par Antoine Sillières
Publié le 08/09/2017  à 16:42
Réagissez

Nommée à la tête de la chambre régionale des comptes d’Auvergne-Rhône-Alpes par décret présidentiel le 9 août dernier, Marie-Christine Dokhélar a officiellement pris ses fonctions ce vendredi matin à Lyon. Elle succède à Catherine de Kersauson, promue présidente de la 7e chambre de la Cour des comptes, à Paris.

Marie-Christine Dokhélar
©Tim Douet
Marie-Christine Dokhélar

Georges Képénékian, David Kimelfeld, Christophe Guilloteau, Etienne Blanc... nombreux étaient les responsables de collectivités territoriales présents pour accueillir Marie-Christine Dokhélar ce vendredi matin dans les locaux de la chambre régionale des comptes (CRC). La nouvelle présidente, qui aura en partie pour rôle de valider les comptes de certaines de ces collectivités, a pris ses fonctions en début de semaine. Elle succède à Catherine de Kersauson, promue présidente de la 7e chambre de la Cour des comptes, qui occupait ce poste depuis près de six années. Son nouveau patron, Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, avait fait le déplacement ce vendredi à Lyon.

Marie-Christine Dokhélar a salué le professionnalisme de sa prédécesseure, soulignant "la qualité du travail de la chambre, qu'elle laisse en ordre de marche et sans aucun retard". La nouvelle présidente n'a pas oublié de remercier Henri Migaud – "pour ma nomination à ce poste et sa présence ce jour". Ce dernier a souligné les "qualités managériales" de Marie-Christine Dokhélar et les atouts de son parcours. Ex-chercheuse au CNRS en biologie, elle est passée par la CRC de Franche-Comté avant de devenir préfète du Cher puis de la Vienne. Elle présidera désormais une chambre régionale – la deuxième de France – composée de 40 magistrats, dont quatre petits nouveaux qui ont prêté serment ce vendredi.

Les établissements sociaux médicaux dans le viseur

Celle qui a fait ses armes avec "des enquêtes variées", sur l'aide sociale à l'enfance (ASE) notamment, va se pencher sur les établissements sociaux et médico-sociaux (1 600 dans la région). Le choix des établissements contrôlés s'opérera "en fonction des enjeux financiers et d'éventuels signalements". Didier Migaud a évoqué la dynamique d'entraînement de la deuxième chambre régionale de France et l'importance de ses contributions. Marie-Christine Dokhélar a dit apprécier la méthode d'étude thématique utilisée l'an dernier pour évaluer le soutien au spectacle vivant ou la situation des stations de ski régionales. Elle souhaite "identifier les enjeux de ce territoire pour adapter les contrôles".

Marie-Christine Dokhélar et Didier Migaud
©Tim Douet
Marie-Christine Dokhélar et Didier Migaud

Tous deux ont insisté sur l'indépendance de l'institution qu'ils servent. "Indépendance, impartialité et collégialité", martèle Didier Migaud. "Notre statut de magistrat, le serment que nous prêtons, la charte que nous nous engageons à respecter et nos principes guides", seraient autant de garanties de cette indépendance. Parmi ces principes directeurs, celui de la contradiction, auquel Didier Migaud dit être très attaché, mais aussi la collégialité. Laquelle préserve de la partialité, explique Marie-Christine Dokhélar : "Si une réflexion n'est pas assez étayée, par exemple, elle est supprimée." "Je n'ai jamais reçu quelque coup de fil que ce soit, sur aucune enquête", assure de son côté Didier Migaud.

 

  • Actuellement 2.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 2.7/5 (3 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.