Le lifting des pentes de la Croix-Rousse continue


Par Marie Maleysson
Publié le 14/10/2017  à 19:04
1 réaction

Devantures rénovées, commerces réaménagés, rues ponctuellement rendues aux piétons : les pentes de la Croix-Rousse font peau neuve depuis plusieurs années. Le mouvement devrait se poursuivre et la métropole continuer à faire la chasse aux locaux inutilisés.

David Kimelfeld a rendu visite aux commerçants des pentes de la Croix-Rousse
© Marie Maleysson
David Kimelfeld a rendu visite aux commerçants des pentes de la Croix-Rousse

Depuis dix ans, les boutiques de créateurs fleurissent sur les pentes de la Croix-Rousse, donnant une nouvelle identité au quartier. Si le million d'euros investi par la Métropole de Lyon sur son dernier mandat a déjà permis de rénover une centaine de locaux, le projet de redynamisation des pentes de la Croix-Rousse n'a pas dit son dernier mot. La Métropole veut maintenir de l'animation dans le quartier et encourager la piétonisation ponctuelle des pentes. Afin de développer les commerces de proximité, un pôle alimentaire devrait être créé près des Halles de la Martinière et le quartier pourrait s'enrichir de boulangeries, charcuteries et autres vendeurs de fruits et légumes. 

Pour maintenir un flux continu de nouveaux créateurs, la Métropole s'appuie sur le passage Thiaffait. "C'est une véritable pépinière et le but c'est que les professionnels qui commencent par s'installer ici puissent ensuite essaimer ailleurs dans les pentes", lance David Kimelfeld, président de la Métropole, lors d'une visite aux commerçants samedi, en compagnie de Fouzyia Bouzerda, vice-présidente en charge de l’économie et de l’insertion.

David Kimelfeld et Fouzyia Bouzerda dans une boutique de mode et d'accessoires de la rue Romarin
© Marie Maleysson
David Kimelfeld et Fouzyia Bouzerda dans une boutique de mode et d'accessoires de la rue Romarin

Des devantures qui font tache

Des panneaux indiquent la localisation des boutiques
© Marie Maleysson
Des panneaux indiquent la localisation des boutiques

Mais qu'en pensent les commerçants? Il y a cinq ans, Marie a présenté son projet de boutique de prêt-à-porter d'insipiration vintage. Depuis, le Cabinet des Curieuses a pris ses quartiers rue Romarin et a vu le paysage se renouveler. "La rue a complètement changé. Il y a une vraie cohérence maintenant et personne ne marche sur les plates-bandes de l'autre. On se connaît entre nous et on envoie nos clients les uns chez les autres", confie la gérante de la boutique. Le hic : le bas de la rue, "une vraie gangrène". En cause, des commerces désaffectés et une absence de signalisation. "Si on ne sait pas que la rue est commerçante, on y vient pas!" 

Une véritable veille s'est organisée pour débusquer les espaces vacants et les réinvestir. Au bas de la rue Romarin, les locaux qui abritent aujourd'hui Le Pharaon ont été rachetés et le restaurant ne devrait bientôt plus les occuper.

Des totems indiquant la direction et le nom des boutiques ont également été installés dans certaines rues. Une façon d'aider les Lyonnais à découvrir des nouvelles enseignes.

Difficile équilibre avec les lieux de nuit

Autres espaces dans le viseur de la Métropole, les faux bars associatifs qui ne respectent pas la législation sur les associations. "L'idée, ce n'est pas d'avoir un quartier aseptisé mais plutôt un lieu avec des restaurateurs et des bars de qualité", explique David Kimelfeld. Avant de reconnaître que l'équilibre est tout de même "difficile à maintenir". En réaménageant les pentes de la Croix-Rousse, la Métropole a en effet cherché à "renverser la vapeur" en faisant du quartier un vrai lieu de vie diurne, au détriment de certains lieux de nuit. 

  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.2/5 (5 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
1 commentaire

"une vraie gangrène". Surtout lié au trafic dont les consommateurs ne veulent voir que leur pseudo plaisir !

Signaler un abus | le 16/10/2017  à 18:09 | Posté par  Kasneh  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.