montage Jonasson couv Mork
© Sigurjón Ragnar (montage LC)

Quais du polar polaire avec Ragnar Jónasson

Le traducteur d’Agatha Christie en islandais nous guide dans les confins troublants, et sanglants, de l’île volcanique. Il est à Lyon ce week-end pour l’édition 2017 de Quais du polar.

Mörk, un polar mortel !

Élu “Meilleur polar de l’année 2016” selon le Sunday Express et le Daily Express, Mörk, de Ragnar Jónasson, a également reçu le Dead Good Reader Award en Angleterre. Publié récemment en France, il correspond parfaitement à ce désir de dépaysement, d’évasion, que l’on peut attendre du genre policier. Sauf que ce besoin d’ailleurs ne nous emmène pas transpirer sous les cocotiers mais dans des territoires enneigés et glaciaux. C’est en effet dans un coin perdu de l’Islande que nous plonge Jónasson, un endroit où le soleil disparaît deux mois dans l’année pour ne reparaître que très rarement les dix autres. Il nous colle aux basques d’Elín, un enquêteur chargé d’élucider le mystère entourant la mort de son collègue, l’inspecteur Herjólfur, dont le corps a été retrouvé sans vie aux abords d’une vieille maison abandonnée, probablement un lieu de deal, sur laquelle il enquêtait. Problème, tout le monde espionne tout le monde dans ce territoire étroit où il existe peu de distractions, mais personne ne tient à se montrer loquace.

Traducteur d’Agatha Christie en islandais, Jónasson a été à bonne école. Il excelle dans l’art du suspense. On suit les pistes qu’explore son héros, avec obstination à défaut de méthode. Elles le conduiront aussi bien dans l’univers trouble du trafic de drogue que dans celui, non moins opaque, des relations familiales de la victime. On découvre toute la violence enfouie que recèle ce village du bout du monde en apparence tranquille. La langue à la fois âpre et sensible de l’auteur, donne à voir aussi bien les paysages sous la neige et la tempête que le caractère psychologique de ses personnages.

Ragnar Jónasson / Mörk, éditions de La Martinière, mars 2017, 336 p.
Ragnar Jónasson à Quais du polar
• L’Islande, terre de polar – Samedi 1er avril à 10h30
à la chapelle de la Trinité, rue de la Bourse
• De l’influence de l’éternelle Agatha Christie – Samedi 1er avril à 14h
au théâtre des Célestins, après la projection d’un documentaire de JC Klotz sur la romancière britannique (un conseil : arrivez tôt, la rencontre a lieu dans la petite salle des Célestins)

Pour découvrir le reste du programme de Quais du polar 2017, lire : Lyon en rouge et noir pour trois jours
à lire également
Mêler journalisme et polar dans une revue trimestrielle, l'idée ne pouvait germer que dans l'esprit de Stéphane Damian-Tissot, ancien journaliste lyonnais branché justice, fan de polars et lecteur assidu de Truman Capote. Avec Yannick Dehée, patron des éditions Nouveau Monde, il lance en 2016 Sang-Froid, véritable ovni littéraire qui s'est imposé depuis sur les tables de chevet du monde de la justice.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut