musée Jean-Couty ext

Lyon : ouverture du musée Jean-Couty

Environ 150 œuvres du peintre lyonnais Jean Couty seront visibles à partir de samedi au domaine de l’île Barbe. Dans un musée tout neuf.

Le musée Jean-Couty, Lyon 9e, vu de l’extérieur © DR

Le musée Jean-Couty, Lyon 9e.

Charles Couty ouvre un musée dédié à son père, le peintre Jean Couty (1907-1991), aux confins de Vaise et de l’île Barbe, en vis-à-vis de la programmation prospective de L’Attrape-Couleurs (dont l’avenir est toujours aussi fragile). Lumineux, spacieux, à échelle humaine, en environ 150 œuvres, ce musée propose un aperçu de soixante années de peinture ainsi qu’un amphithéâtre.

La “peinture-peinture”

Musée Jean-Couty, intérieur © DR

Musée Jean-Couty.

Jean Couty renvoie à l’époque où Jean-Jacques Lerrant (mais aussi ses collègues critiques d’art René Deroudille et André Mure) vantait les “pâtes croustillantes de la peinture lyonnaise” ; l’époque de la “peinture-peinture”, balayée depuis par les nouveaux arts officiels, de nouvelles générations, d’autres orientations. Après avoir travaillé avec Tony Garnier ou Louis Sainte-Marie Perrin, Couty deviendra un peintre de la Résistance et sa toile Le Bénédicité sera remarquée par Picasso.

Les femmes et les débâcles

Le peintre Jean Couty peignant, en 1975 © DR

Jean Couty, en 1975.

“Petit maître” par sa taille et sa place dans l’histoire de la peinture, Couty fut un peintre “architecte” aux toiles très construites et composées. Un peintre des femmes, des débâcles des fleuves (Rhône), des filles de joie, du monde du travail. Amoureux de ses sujets, davantage dans l’action que dans la contemplation, il pratique une peinture très physique, au couteau, virulente, énergique. L’épaisseur musculaire de sa peinture, brute de décoffrage, renvoie à ses origines creusoises de maçon et de tailleur de pierre qui ne cherchait pas à être celle d’un peintre élégant ou de salon.

Musée Jean-Couty, domaine de l’île Barbe, Lyon 9e.
Ouverture samedi 18 mars de 11h à 18h (inauguration le 17).
www.museejeancouty.fr
à lire également
Aperçu des expositions à voir en décembre 2018 à Lyon (montage)
Ce mois-ci, on voyagera dans le temps, avec de jeunes artistes tout juste sorties des beaux-arts, deux peintres nés dans l’entre-deux-guerres et un empereur dont on ne connaît souvent à Lyon que la table. Mais aussi dans la géographie, d’un Sud fantasmé aux Fidji de visu pour finir à Annemasse. Bonne route.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut