Le bouchon déchainé 2016 © Tim Douet_0182
© Tim Douet

Lyon BD Bouchon déchaîné, le making-of

Le climax du festival Lyon BD 2016 a eu lieu les 4 et 5 juin. Si vous avez été faire un tour ce week-end au palais du Commerce, à l’hôtel de ville ou dans les musées du centre, vous avez certainement déjà Le Bouchon déchaîné, la publication spéciale de Lyon Capitale avec et pour le festival. Rattrapage en images pour les autres.

Le bouchon déchainé 2016 © Tim Douet_0182 ()

© Tim Douet
Les auteurs invités par le festival ont travaillé toute la nuit avec l’équipe de Lyon Capitale

Lyon BD toujours plus long

Après une 10e édition forcément exceptionnelle pour cause d’anniversaire au nombre rond, le festival Lyon BD continue sa spirale, plus forte, plus grande. Le week-end des 21 et 22 mai, il a récupéré son titre de “plus longue BD du monde” grâce à une œuvre de 1,6 km exposée dans le tunnel modes doux de la Croix-Rousse. Il n’est plus nécessaire de le prouver, mais toujours bon de le rappeler, Lyon BD n’est pas un événement concentré sur un petit week-end (les 4 et 5 juin pour ceux qui l’ont manqué), mais un marathon qui s’étale toute l’année avec 90 manifestations dans 65 lieux en ville et autour.

Si vous êtes frustré de n’avoir eu que deux jours pour profiter de certaines expositions (celle dédiée aux éditions Lug à l’hôtel de ville, plébiscitée), sachez que d’autres restent accrochées plusieurs semaines : Obion au Musée gallo-romain de Fourvière (jusqu’au 30 juin), B-Gnet au centre hospitalier St-Joseph/St-Luc (même date), Erwann Surcouf et Nicolas Wild aux Archives municipales (jusqu’au 16 septembre).

Décalé… et déchaîné

le Bouchon Déchainé ()

Cliquez sur l'image pour lire le magazine

Pour Mathieu Diez, le directeur de Lyon BD, “le plus important, c’est de ne pas être le 400e festival de bande dessinée, mais de proposer quelque chose de décalé, qui puisse attirer à la fois les auteurs et les visiteurs. Quelque chose qui intéresse aussi ceux qui ne sont pas des férus de BD”.

C’est là que Lyon Capitale entre dans la danse, en coproduisant pour la deuxième fois Le Bouchon déchaîné. Dans la nuit du 2 au 3 juin, les auteurs invités par le festival (d’ici, de là-bas et même des cousins québécois) ont travaillé (et mangé) avec l’équipe de Lyon Capitale. Au petit matin, un nouveau numéro du Bouchon déchaîné était prêt à être distribué sur tous les lieux du festival. Attention, collector !

à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut