La web-série lyonnaise entre meurtre parfait et zeste de citron

Tea Time est une série made in Lyon diffusée sur Youtube. On y découvre cinq femmes de la haute société anglaise qui se réunissent autour du thé pour parler faits divers sanglants... avant de se mettre à élaborer le meurtre parfait.

Un projet bénévole mais de qualité professionnelle, c'est l'ambition de la Web-série lyonnaise Tea Time, diffusée sur Youtube.

Lancée le 22 janvier, la Web-série est scénarisée par Sandra Ens et réalisée par le Lyonnais Wenceslas Lifschut. Le tout a été tourné en huis clos à la mairie du 7e arrondissement. Cette dernière a gratuitement prêté une salle à l'équipe pendant une dizaine de jours.

Pour financer la location des costumes de l'Opéra de Lyon et le reste du matériel, l'équipe a disposé de 7 000 euros. Une somme obtenue grâce à une campagne de crowdfunding (2 000 euros) et à l'aide d'organismes comme l'institut Lumière ou l'université Lyon 2. Du côté de l'équipe, plus d'une vingtaine de personnes ont travaillé bénévolement à ce projet.

Les trois épisodes déjà sortis comptabilisent près de 6 000 vues. Si le pilote de la série affiche 4 000 vues au compteur Youtube, les autres épisodes ne suivent pas le même rythme. 1 200 vues pour l'épisode 2 et 550 pour le dernier en date. La fréquence de diffusion est d'un épisode toutes les deux semaines jusqu'au mois d'avril. Les résultats de cette première saison décideront de la réalisation, ou non, d'une saison deux. Une suite déjà écrite, qui se veut plus ambitieuse dans la réalisation.

 

à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut