Levant 3

La troupe du Levant se prépare à investir le vélodrome

“Transformer le vélodrome de Lyon en authentique théâtre éphémère”, tel est le défi pour les sept comédiens de la troupe du Levant et leur metteur en scène, Benjamin Forel. Reportage photo en pleines répétitions.

La troupe du Levant travaille sur “de grands spectacles dans de grands espaces” © Océane Fournier

Les sept comédiens de la troupe du Levant répètent en ce moment, dans la friche industrielle de Décines-Charpieu, les dix tableaux qu’ils dévoileront du 14 au 25 mai au parc de la Tête-d’Or.

Pour cette Sixième pièce de la troupe du Levant, le metteur en scène Benjamin Forel s’est fortement inspiré de Hanokh Levin, figure majeure du théâtre israélien, mort en 1999. Ce dramaturge brise tous les tabous et traite des sujets les plus difficiles.

Conception collective

Au commencement, en février 2013, Benjamin Forel donne une phrase ou un thème à ses comédiens, qui improvisent dessus. Le travail est centré sur la mise en scène, l’opportunité pour les comédiens d’allier la danse et le théâtre. “Lorsque les mêmes scènes reviennent, c’est une évidence, elles sont intégrées au tableau”, explique le metteur en scène. Ensuite viennent se greffer les dialogues.

Identités surréalistes

Ce spectacle découle en fait du précédent, Allons z’enfants, qui a donné envie à la troupe de développer la question des identités : sexuelles, raciales… Mais sans donner de leçon : “On essaie de ne pas trop donner de réponses. À travers le surréalisme, on sublime l’histoire. Le but est de permettre au spectateur d’avoir ses propres réponses.”

Après un an de travail, la troupe espère frapper les esprits en plein air, dans un vélodrome transformé en “véritable théâtre éphémère au cœur de la ville”.

Sixième pièce de la troupe du Levant – Du 14 au 25 mai, au vélodrome du parc de la Tête-d’Or, Lyon 6e.

Ci-dessous, le reportage photo de Lyon Capitale à Décines mi-avril :

Friche industrielle Décines-Charpieu, avril 2014 © Océane Fournier
La troupe du Levant a élu domicile dans la friche industrielle de Décines-Charpieu en septembre 2012, pour travailler sur son nouveau spectacle, Sixième pièce de la troupe du Levant. Les répétitions ont commencé à l’intérieur, en attendant l’arrivée des beaux jours.
La troupe du Levant accessoirise des objets du quotidien © Océane Fournier
Des tonneaux pour représenter la différence, la marginalité, un des thèmes traités dans le spectacle.
Benjamin Forel et Marcelo Sepulveda, de la troupe du Levant © Océane Fournier
Benjamin Forel (au premier plan) et Marcelo Sepulveda, le metteur en scène et le chorégraphe, sont très attentifs au rendu de leur travail en conditions réelles.
La musique, élément essentiel des spectacles de la troupe du Levant © Océane Fournier
La musique participe à “dépouiller le spectacle de la cohérence d’une narration traditionnelle”.
La troupe du Levant en pleine répétition extérieure, avril 2014 © Océane Fournier
“Que se passe-t-il lorsque se rencontrent deux identités ? Elles marchent, elles courent, elles dansent, elles se touchent. Choc.” Le surréalisme permet au spectateur d’aller chercher ses propres réponses.
La troupe du Levant en débriefing, avril 2014 © Océane Fournier
Débriefing après les premières répétitions extérieures.
à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut