Giorda Bellecour
© Georges Poncet

Expos : Patrice Giorda, la lumière au-delà du chaos

Dans les années 1980, il exposait à la Biennale de Paris et chez Daniel Templon, faisant même pleurer d’émotion Catherine Millet (eh oui !) devant une de ses œuvres. Avant que le milieu autorisé ne décrète la fin de la peinture. Patrice Giorda présente aujourd’hui à Lyon 47 toiles, une centaine d’esquisses, dessins, encres de Chine et pastels. Sa modernité est de continuer à peindre : “En trente ans, confie-t-il, ma peinture n’a guère changé, elle s’est approfondie.”

Patrice Giorda, Bellecour, 1987. Acrylique sur toile, 130x195 cm © Georges Poncet

© Georges Poncet
Patrice Giorda, Bellecour, 1987.

Il ne s’agit pas d’une rétrospective, mais d’un choix subjectif – qui laisse par exemple de côté ses portraits, qui lui ont posé tant de problèmes. “L’espace de la lumière” (titre de l’exposition présentée à l’hôtel de région), c’est la perpétuelle interrogation du peintre et de ses fondamentaux. Le sujet reste classique et narratif : l’histoire même de la peinture, avec Rembrandt et Velasquez. Et puis Lyon, de Bellecour aux “Lazos”, les souvenirs d’enfance, des paysages portugais ou vénitiens, la mythologie chrétienne, des bouquets, une chaise, une voile, la vague.

Patrice Giorda, Santo Spirito n°3, 1985. Acrylique sur toile, 150x150 © Georges Poncet

© Georges Poncet
Patrice Giorda, Santo Spirito n°3, 1985.

Pas de vivants, femme, homme ni animal. Les lieux sont obstinément clos. Les ciels sont bas et sombres, sinon lourds. Les chemins et les escaliers montent : pour basculer vers où ? L’important, dans la composition, ce sont ici les masses, plus évocatrices que directement figuratives. Et puis la couleur ! Parfois violente, virulente et stridente, saturée, en contrastes ; qu’elle soit attendue ou surprenante.

Nul puritanisme

Patrice Giorda, La Chaise, 2009. Acrylique sur toile, 162x114 cm © Gilles Framinet

© Gilles Framinet
Patrice Giorda, La Chaise, 2009.

Avec Patrice Giorda, la peinture chante, joue et vibre. Mais ce n’est pas du Boulez : nul puritanisme ni minimalisme ici. Mais de la chaleur, de la sensualité, du lyrisme, jusqu’à la moelle de sa pâte “croustillante”, comme aimait à dire le critique Jean-Jacques Lerrant. Jusqu’au silence également.

Bien qu’enfermé et sans vie humaine, l’espace créé est dynamique et n’a rien d’angoissant, ni de reposant d’ailleurs. La lumière sourd du fond. Le silence respire et appelle à la méditation ; à l’instar de cette stèle de Camus, à Tipasa, où Giorda pourrait comme lui inscrire : “Je comprends ici ce qu’on appelle gloire : le droit d’aimer sans mesure.”

Une œuvre tenace

L’“espace de la lumière” de Patrice Giorda se construit dans l’équilibre de toutes ces problématiques picturales et donc forcément conceptuelles ; au-delà du chaos des tourments profonds. Mais Giorda ne peint pas de façon tautologique. Ainsi, les ciels ne sont pas de tempête ou d’orage, et le cri de Munch n’est pas transposé. Il a bâti inéluctablement une œuvre tenace, affirmée, toute personnelle. En approche du Beau, sinon du bizarre.

Au moment du suicide, à 88 ans, du peintre Robert Duran (oublié et méprisé, comme tant d’autres, par tout un système), cette exposition démontre que la peinture est décidément immarcescible. Contemporaine et moderne, donc.

Patrice Giorda, La Vague, 2005. Acrylique sur toile, 163x114 cm © Gilles Framinet

© Gilles Framinet
Patrice Giorda, La Vague, 2005.
Giorda – L’Espace de la lumière, 1983-2015. Jusqu’au 25 juillet, au Plateau, espace d’exposition de l’hôtel de région, Lyon 2e/Confluence. Attention, l’exposition sera fermée le lundi 25 mai et les 1er, 2, 13 et 14 juillet.
Le catalogue de l’exposition, Atelier d’artiste : Giorda, est publié par les éditions Fage.
à lire également
Curieux ou expos-phages, nous vous proposons ce mois-ci de vous excentrer et d’aller voir un peu ailleurs à quoi l’on rêve. Pour ne pas croire toutes les coquecigrues qui traînent. En revenant, faites donc étape entre deux eaux, avant que Corto ne prenne le large.
1 commentaire
  1. guidoline - 15 mai 2015

    Quelle terrible nouvelle d'apprendre le décès de Robert Duran. Ses obsèques auront lieu à Charlieu lundi 18. Il faut respecter son choix, mais quelle perte… http://www.lyonpeople.com/les-gens/45705-2015-05-15.html

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut