Ousmane Sy Paradox-sal
© Benoîte Fanton

1re Biennale des cultures urbaines à Vaulx-en-Velin

Ousmane Sy, le Comte de Bouderbala, Ali Ramdani, Kery James… Humour, graff, danse, musique, Vaulx-en-Velin célèbre jusqu’au 21 novembre toutes les cultures urbaines.

La ville de Vaulx-en-Velin crée une Biennale des cultures urbaines. Sa première édition s’empare de plusieurs lieux (centre culturel communal Charlie-Chaplin, brasserie de l’hippodrome, cinéma Les Amphis, bibliothèques) avec des artistes, musiciens, danseurs et graffeurs.

Des têtes d’affiche seront présentes, tels l’humoriste Le Comte de Bouderbala, les chorégraphes Ousmane Sy, Kadia Faraux et Ali Ramdani (Bboy Lilou) du Pockemon Crew, ou le rappeur Kery James, très investi dans l’émancipation des jeunes des quartiers populaires – dans chaque ville où il donne un concert, il reverse une partie de son cachet à un jeune pour l’aider à financer ses études supérieures. Le soir du concert à Vaulx-en-Velin, c’est une bourse de 6 000 euros qui sera allouée à un Vaudais.

Née dans les périphéries d’agglomération, la culture urbaine a irrigué toutes les formes artistiques – danse, cirque, musique, arts plastiques. Aujourd’hui, elle n’est plus à la marge, elle fait partie de notre culture et c’est aussi ce que cette Biennale veut démontrer.

Biennale des cultures urbaines – Jusqu’au 21 novembre, à Vaulx-en-Velin. Calendrier détaillé ici.
à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut