Violences
Manifestation à Toulouse contre les violences faites aux femmes ©Rémy Gabalda

Violences conjugales : le Rhône mal classé

D'après une étude du ministère de l'Intérieur publiée vendredi, le Rhône est le département en France où il y a eu le plus de décès à la suite de violences conjugales.

Le Rhône pointé du doigt. Avec cinq morts violentes constatées en 2016, le Rhône se retrouve en tête du classement avec les départements de la Moselle, du Nord et de l'Hérault. Cependant, le ratio du taux de décès pour 100 000 habitants reste plus faible que certains autres départements avec 0,27 loin derrière la Guyane par exemple. En 2015, six personnes sont mortes des suites de violences conjugales dans le Rhône.

9 % d'augmentation par rapport à 2015

Au niveau national, les résultats sont encore plus mauvais. Les décès liés aux violences conjugales ont augmenté de 9 % par rapport à 2015. En France, les femmes sont les plus touchées. En moyenne, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint. Ce sont donc 138 personnes, 109 femmes et 29 hommes, qui sont décédés après des violences conjugales. Le ministère de l'Intérieur a lancé un 5e plan triennal (2017-2019) de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes.

à lire également
Michel Mercier avec son successeur au conseil départemental, Christophe Guilloteau, lors d’un meeting en 2015 © Tim Douet
Michel Mercier aime les fusions. Celle du département et de la métropole lui a permis d’éviter de laisser le conseil général du Rhône en situation de banqueroute. Celle de Thizy avec cinq communes voisines a permis à son territoire électif de voir ses recettes bondir. Mais, passé l’effet d’aubaine, comme le pointe la chambre régionale des comptes, l’horizon s’obscurcit. Il dessine une forme de pyramide de Ponzi institutionnelle.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut