Villeurbanne : le projet Gratte-Ciel Centre-Ville révélé

Le projet de rénovation du centre-ville de Villeurbanne était dévoilé à la presse hier. Un projet qui devrait voir naître 900 logements et de nouvelles infrastructures d'ici à 2027.

La Métropole du Grand Lyon a annoncé, mardi 17 mai, son projet de rénovation d'une partie du centre-ville de Villeurbanne. Une reconstruction qui devrait être terminée en 2027. Le projet s'étend sur une surface de 7 hectares parmi lesquels quelques 108 200 m2 de surfaces de plancher sont prévus. Les différents investisseurs injecteront autotal 95 millions d'euros, dont 50 millions d'euros par la Métropole. Découpé en 8 îlots. le plan prévoit que 6 d'entre eux soient consacrés aux logements. Les logements seront situés dans des bâtiments en gradins dont certains pourront atteindre 50 mètres de haut. Parmi les 900 logement attendus, la moitié seront des logements aidés (logements sociaux et en accession sociale).

Des équipements publics renforcés

Au programme également de ce plan, plus de 20 000 m2 réservés aux équipements publics parmi lesquels un groupe scolaire de 20 classes (8 de maternelles, 12 classes élémentaires), un équipement petite enfance de 42 berceaux, la reconstruction du lycée Pierre-Brossolette ou encore la création d'un complexe sportif municipal polyvalent ouvert sur le quartier. Organisé sur 3 niveaux, il comprendra une grande salle pour les sports collectifs, une salle polyvalente, une salle spécialisée pour la gymnastique, la danse et le tennis de table. La ville étudie encore la possibilité de créer un équipement culturel avec un cinéma de quelques salles.

Au niveau de la circulation, le plan prévoit divers aménagements de la chaussée pour les piétons, comme le prolongement de l'avenue Henri-Barbusse et de la rue racine, ainsi que la création d'un parcours piétonnier allant de la rue Jean-Bourgey à la rue Hippolyte-Kahn. Enfin pour les professionnels, 21 000 m2 seront consacrés au développement d'une offre commerciale.

Avant qu'il ne démarre, le projet devra être voté lors du conseil métropolitain le 30 mai prochain.

à lire également
Vue sur les tours de la Part-Dieu depuis la terrasse de la Maison Nô (rue du Bât-d’Argent) © Tim Douet_0028
Plébiscités dès les années 1930 par Le Corbusier, les toits-terrasses connaissent un regain d’intérêt. Le toit est désormais appréhendé comme une surface répondant aux enjeux et problématiques des villes, dans un contexte de forte densification. Si toutes les métropoles européennes s’y sont mises, Lyon est à la traîne.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut