Eau potable

Vallée du Rhône : le niveau des nappes phréatiques en chute libre

Selon le dernier rapport du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), les trois quarts des nappes d’eau souterraine de l’Hexagone affichent un niveau allant de “modérément bas” à “très bas”. La vallée du Rhône est la zone la plus touchée.

Le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) dresse un bilan mensuel du niveau des nappes phréatiques dans tout le pays. Le dernier en date, particulièrement alarmant, indique que 87 % des nappes françaises ont vu leur niveau baisser depuis juin. Selon le BRGM, si "la situation n'est pas totalement inhabituelle pour la période estivale, elle est tout de même précoce". En effet, pour la plus grande partie des nappes, "les niveaux […] sont inférieurs à la normale". Le rapport pointe un "déficit de recharge hivernal" qui aurait aggravé la situation. Concrètement, il n'a pas assez plu l'automne et l'hiver derniers pour remplir les nappes, qui ont tendance à s'assécher durant l'été. La vallée du Rhône est la seule à être dans le rouge, avec un niveau considéré comme "très bas" par le rapport. Début juillet, la préfecture a pris des mesures pour restreindre les usages domestiques de l'eau dans le nord du Rhône et dans l'Est lyonnais. Des mesures suffisantes, selon elle, pour une situation "qui n'appelle pas à aller au-delà du plan sécheresse".

à lire également
L'ONG Greenpeace publie une carte de France des villes qui proposent ou non des repas végétariens dans les cantines scolaires. Et constate que trop peu le font, à l'image de la métropole lyonnaise.
2 commentaires
  1. Kasneh - 19 août 2017

    En effet, notre immeuble construit sur la nappe phréatique souterraine de la Rize n'a plus de remontée dans les garages.

  2. Robes Pierre - 20 août 2017

    se baser sur les remontées dans son garage au sous sol comme données scientifiques, c'est nouveau.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut