SNCF Perrache quai
© Tim Douet

SNCF : la CGT remet en question la sous-traitance

La CGT Cheminots de la région de Lyon tire la sonnette d’alarme. Après “les accidents en cascade” qui se sont produits sur le chantier de la ligne Livron-Die dans la Drôme, le syndicat remet en cause les conditions d’intervention des entreprises privées sur le rail.

Le chantier de rénovation de la ligne Livron-Die dans la Drôme devait se terminer le 31 octobre. Il connaîtra au minimum “cinq semaines de retard", regrette la CGT après “le déraillement d’un train de travaux dans la nuit du 23 octobre”. “La voie est littéralement détruite sur 2,6 km, déplore le syndicat. Des milliers de traverses et des installations électriques et mécaniques ont été brisées et arrachées... Sur ce même chantier, un autre accident a conduit à la destruction d’un passage à niveau. Et deux autres incidents avec un déraillement avaient eu lieu avant cette catastrophe. Cela fait beaucoup pour un chantier de seulement cinq semaines.”

“Du personnel peu formé, ne parlant parfois même pas le français”

Et la CGT de pointer du doigt la sous-traitance et le recours à une entreprise privée qui tire sur les prix au détriment des conditions de travail. “Le système qui se met peu à peu en place s’appuie sur la sous-traitance en cascade, du personnel peu formé, ne parlant parfois même pas le français, donc exploité et mis en situation de danger”, précisent les cheminots de la région de Lyon. Concernant l'accident du 23 octobre, “les salariés ne s’en sont probablement pas aperçus immédiatement, ce qui expliquerait les dégâts importants”, selon la CGT.

Contactée par téléphone, RFF et la SNCF Infrastructures ne trouvent rien à redire aux travaux menés par l'entreprise La Champenoise entre Livron et Die. “C'est un chantier comme un autre, avec des procédures de sécurité classique. Nous faisons appel à une entreprise privée qui a toutes les habilitations pour travailler sur le réseau”, affirme RFF. L'entreprise publique rappelle par ailleurs que la ligne est coupée pendant l'intervention des travailleurs, n'entraînant théoriquement aucun danger ni pour eux ni pour les usagers. “L'entreprise a toute latitude pour agir.” Pas de problème donc, selon RFF, concernant la sécurité sur le chantier.

Le 21 novembre prochain, la CGT Cheminots de la région de Lyon interpellera néanmoins la direction régionale de la SNCF, à l’occasion de la restitution d’un rapport “accablant” sur la sous-traitance privée, qui sera présenté au comité d’entreprise.

---

Lire aussi notre enquête de septembre dernier sur les transports dans la région :

TCL, TER... Voyage-t-on en sécurité en Rhône-Alpes ?

SNCF Rhône-Alpes : des rails malades

1 commentaire
  1. seb-de-lyon - 5 novembre 2013

    la sncf a déjà commencé depuis qques temps a délocalisé .... pour l'exploitation de son informatique de production en Pologne

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut