école
©Tim Douet

Rythmes scolaires, vers une hausse du prix du baby-sitting ?

Dans une étude sortie en début de semaine, la plateforme Internet de baby-sitting Yoopies indique que, dans les départements où la réforme des rythmes scolaires a été appliquée, les parents ont payé plus cher leurs baby-sitters. Faut-il s’en inquiéter pour le Rhône dès septembre prochain ?

La conclusion tirée du rapport est sans appel : le salaire horaire net moyen pour faire garder son enfant progresse de 6,16 % sur un an dans certains lieux. En comparaison, ce salaire n’augmente “que” de 3,54 % dans les villes où la réforme n’est pas encore appliquée. Cette étude repose sur les 150 000 profils inscrits sur la plateforme partout en France.

L’organisation globale des familles

Qu’en sera-t-il à Lyon ? Le cas pourrait être différent, car les écoliers ne sortiront pas plus tôt de leur établissement. Le choix de la ville a été d’organiser l’intégralité des activités périscolaires le vendredi après-midi. Tout comme à Marseille ou Chartres. Il faut voir le comportement des parents face aux activités proposées, estime Benjamin Suchar, cofondateur de Youpies. Certaines familles vont préférer retirer l’enfant de l’établissement et le faire garder par une baby-sitter car elles auront un vrai regard sur ce qu’il fait.”

Les couacs de la rentrée n’avaient pas épargné certaines communes en 2013. Par exemple, des centres de loisirs ne s’étaient pas adaptés et ne voulaient pas prendre les enfants pour un seul après-midi. Les parents avaient dû avoir recours en urgence à des gardes d’enfants… payantes.

8,36 € le salaire horaire net moyen dans le Rhône

Dans le Rhône, le salaire horaire net moyen s’élève à 8,36 euros et a connu une augmentation de 4,2 % en une année. De manière générale, on a assisté à un alignement des prix du baby-sitting de province sur le tarif parisien, nous explique Benjamin Suchar. Alors, rythmes scolaires ou pas, le prix des baby-sitters risque bien d’augmenter. Mais à quel niveau ? Réponse après la rentrée.

à lire également
Michel Mercier avec son successeur au conseil départemental, Christophe Guilloteau, lors d’un meeting en 2015 © Tim Douet
Michel Mercier aime les fusions. Celle du département et de la métropole lui a permis d’éviter de laisser le conseil général du Rhône en situation de banqueroute. Celle de Thizy avec cinq communes voisines a permis à son territoire électif de voir ses recettes bondir. Mais, passé l’effet d’aubaine, comme le pointe la chambre régionale des comptes, l’horizon s’obscurcit. Il dessine une forme de pyramide de Ponzi institutionnelle.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut