Rythmes scolaires : Villeurbanne prend son temps pour agir en 2019

Villeurbanne fait le choix de maintenir son rythme scolaire actuel de quatre jours et demi. Damien Berthilier, adjoint à l’Éducation au maire de Villeurbanne, a annoncé qu’il préférait "prendre le temps du consensus". Un bilan sera dressé en 2018 sur les journées actuelles des enfants, pour effectuer des ajustements pour la rentrée 2019.

Villeurbanne préfère prendre son temps. Alors que la majorité des conseils d’école de Lyon ont voté pour un retour à la semaine de quatre jours ce mercredi 7 février, Villeurbanne s’apprête à dresser un bilan, en 2018, de son rythme éducatif. L’organisation actuelle des écoles est alors maintenue pour la rentrée scolaire prochaine. Damien Berthilier, l’adjoint à l’Éducation de Villeurbanne, rappelle que la ville "n’était pas contrainte de faire une consultation, car contrairement à Lyon, elle ne faisait pas l’objet d’une dérogation en proposant un vendredi après-midi libéré pour les enfants". L’élu précise que Villeurbanne préfère "prendre son temps pour faire un bilan avec toute la communauté éducative". Il s’agit alors de "constater des changements à faire pendant l’année 2018, pour apporter des améliorations en 2019", a-t-il ajouté.

"Demander directement aux enfants"

Selon Damien Berthilier, la "vraie surprise" de cette consultation, c’est le "très faible écart entre les deux options". Les 167 conseils d’école se sont prononcés pour un rythme scolaire de quatre jours, à 50,9 % des voix, rappelle l’élu. L’adjoint à l’éducation constate alors que "les avis sont très partagés". L’objectif du bilan proposé par Villeurbanne est de prendre du recul sur le rythme instauré en 2014 : "On veut voir comment les enfants ont évolué, pour proposer des améliorations au niveau du contenu des activités, de leur organisation, voire sur leurs horaires", explique-t-il. Il souhaite, avant tout, donner la parole aux enfants : "Pour les rythmes scolaires, chacun voit sa situation personnelle. On cherche aujourd’hui à demander directement aux enfants. On va solliciter la recherche universitaire, pour ne pas comptabiliser seulement l’avis des adultes, mais aussi le bien-être des élèves", explique-t-il.

"Avoir un regard autre que celui de la ville et de l’Éducation nationale"

Un appel d’offres est en cours pour trouver un prestataire qui va accompagner la ville de Villeurbanne pour réaliser ce bilan, affirme Damien Berthilier. "L’idée est d’avoir un regard autre que celui de la ville et de l’éducation nationale". Il va être choisi avec la CAF et l’Éducation nationale : "Des acteurs concernés, puisqu’ils nous financent", ajoute l’adjoint. "On ne veut pas d’un vote où l’on a le choix entre une semaine de quatre jours et de quatre jours et demi, car ce n’est pas le sujet principal", a-t-il conclu.

à lire également
capture d'écran du site parcoursup.fr
Le Groupement des associations et élus étudiants de Lyon indépendants et solidaires (GAELIS) met en place, depuis mardi dernier, un accompagnement personnalisé pour les lycéens et étudiants après les premiers résultats de Parcoursup.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut