Gérard Biard
© Tim Douet

Prostitution : "Évidemment qu'il n'y a pas de chasse aux clients"

Gérard Biard, rédacteur en chef de Charlie Hebdo, a défendu à Lyon lors d'une rencontre avec Regards de femmes la semaine dernière, la récente loi de pénalisation des clients de prostituées dont l'intérêt est à son sens "pédagogique".

"Il ne fallait pas rêver, évidemment qu'il n'y a pas de chasse aux clients, évidemment qu'il n'y en aura pas. On n'imagine pas la police de France mobilisée, surtout à l'heure actuelle, pour aller courir derrière des gens qui ont le pantalon sur les genoux dans les bois ou sur les berges du Rhône. Ce qui est important dans cette loi, c'est son aspect pédagogique." Rédacteur en chef de Charlie Hebdo, Gérard Biard est aussi un militant féministe engagé et porte parole du réseau Zéromacho.

Défenseur de la récente loi sur la prostitution, dont Lyon Capitale tire le premier bilan dans son édition actuellement en kiosques, Gérard Biard ne croît pas que l'on puisse être "libre de se prostituer" : "En général, on n'a pas le choix entre prostitution et faire son droit, la prostitution touche d'abord des personnes en précarité financière, des personnes vulnérables à tous les niveaux et des personnes victimes de violences. On parle de réseaux, de crime organisé, on ne parle pas de liberté" explique-t-il, défendant ainsi une position personnelle, qui n'est reconnaît-il "pas unanime à Charlie Hebdo, d'ailleurs on a publié un numéro un peu consacré à ça, sur le débat qu'on a eu, sur quatre pages".

à lire également
L'autre direct reçoit Marie Brassier de Switch Collective Lyon. Et si vous changiez de vie en trouvant un nouveau travail ou en cherchant plus de sens dans l'actuel ? Avec le programme "Fais le bilan calmement", la start-up Switch Collective va plus loin qu'un simple bilan de compétence. Dans un monde où le bien-être au travail et […]
1 commentaire
  1. Cantharis - 23 novembre 2016

    Merci à Zéromacho de montrer qu’il y a aussi des hommes, qui non seulement ne sont pas clients prostitueurs, mais qui combattent ce système qui réduit d’autres êtres humains (des femmes à 80 %) au statut d’objet de consommation. Les petits français et petites françaises naissent dorénavant dans une société qui a mis des normes claires : non, les hommes n’ont pas un droit au sexe.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut