Noémie Dominguez : "Aider les entreprises à s'internationaliser"

Lyon a du talent ! Et pour une fois on ne vous parle pas de chanteurs, de cuisiniers ou d’acrobates. Mercredi 29 avril, ce n’est pas The Voice, Top Chef ou La Nouvelle Star qui débarque à Lyon, mais la deuxième édition française de Ma thèse en 180 secondes. Avant cette grande soirée à l’université de Lyon, dont nous sommes partenaires, vous pourrez découvrir tous les jours en avant-première sur le site de Lyon Capitale l’un des 14 doctorants retenus pour la finale lyonnaise. Leur défi : ils ont 3 minutes pour vous rendre leurs travaux passionnants. Trois minutes pour que des intitulés a priori extrêmement ardus deviennent parfaitement clairs pour vous. Un seul d’entre eux sera retenu pour la finale nationale.

La candidate du jour Noémie Dominguez

IAE Lyon – Université Jean-Moulin/Lyon 3

Thèse doctorale en cours – Management international

Intitulé de sa thèse : Internationalisation des PME et déploiement des stratégies tête-de-pont

Son parcours en 5 dates

2011 : Stage de fin de master au sein de la mission Ubifrance d’Helsinki

2011 : Diplômée d’un master (recherche) en management des activités internationales (IAE Lyon – Université Jean-Moulin/Lyon 3) et entrée en thèse

2013 : Séjour de recherche de 6 mois à l’université du Québec, à Montréal, sur invitation du professeurJorge Niosi

2014 : Séjour de recherche d’un mois à New York, sur invitation des professeurs Terence Martell et Richard Mitten

Depuis 2011 : Chargée de TD en management international et stratégie auprès d’étudiants en licence et master

L’objet de sa thèse en 3 lignes

Cette thèse porte sur l’étude du processus d’internationalisation des PME manufacturières, notamment sur les stratégies tête-de-pont, c’est-à-dire des démarches de réexportation depuis les filiales situées à l’étranger.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

“L’internationalisation des PME est un phénomène en constante augmentation et il paraît essentiel, au regard de la conjecture économique actuelle, d’aider ces entreprises à valoriser au mieux leur savoir-faire et leur expertise à l’étranger. Le sujet de thèse a émergé lors de mon stage de fin de master au sein de la mission économique Ubifrance d’Helsinki. En effet, ce stage m’a permis de constater que certaines PME adoptaient des stratégies relativement nouvelles en vue d’accéder, via la Finlande, au marché russe. Curieuse de comprendre pourquoi les PME recouraient à ce type d’approche, j’ai décidé d’étudier plus en profondeur le phénomène.”

Pourquoi souhaitiez-vous participer au concours “Ma thèse en 180 secondes” ?

“Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément… Le concours “Ma thèse en 180 s” constitue un vrai défi : rendre un sujet complexe rapidement accessible à tous. Il favorise les rencontres et les échanges avec d’autres chercheurs, des praticiens et toute personne intéressée par les recherches actuellement conduites en milieu universitaire. Il s’agit d’une formidable occasion de valoriser nos institutions respectives et de communiquer les résultats de nos travaux à des personnes venant d’horizons divers. Nul doute que nous sortirons tous grandis de cette belle expérience.”

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut