Les médias, maillon faible de notre société

Croire que l’on aura éradiqué l’inceste (qui touche 4 millions de Français), la pédophilie dans l’Église ou l’Éducation nationale, comme le mélange des genres dans la police, par des actions médiatiques d’éclat, aussi théâtrales que soudaines, dirigées contre quelques personnes physiques après des années de silence et d’omerta, relève au mieux d’une catharsis un peu naïve qui ne règle rien ou presque.

Bien entendu, il ne saurait être question de diluer les responsabilités personnelles, mais au final, une fois passés le droit, la justice – et éventuellement la morale – les choses auront-elles durablement changé ? Les citoyens – ou les fidèles – auront-ils l’assurance d’être protégés à l’avenir par un État impartial et/ou des institutions au-dessus de tout soupçon et le “plus jamais ça” deviendra-t-il enfin une réalité tangible ? Pour que ça change, trois conditions au moins doivent être
réunies :

– la fin du secret, ou en tout cas de la plupart des secrets ne relevant pas d’impératifs de sécurité nationale et/ou des personnes ;

– la nécessité de contre-pouvoirs forts et transparents ;

– l’impossibilité de basculer de la fonction publique à la politique, puis de la politique à des autorités judiciaires ou administratives et ainsi de suite sans aucune restriction possible.

Car, en France, tout le monde sait à peu près ce qu’il faut faire sur à peu près chaque sujet... mais personne ne le fait jamais. Pourquoi ? C’est que les conflits d’intérêts sont légion et que le système “barbichette”, jamais condamné, a encore de beaux restes. Chez nous, on est toujours prompt à critiquer le système américain, où l’on élit tout le monde, des hommes politiques aux juges en passant par les shérifs, généralement pour des mandats courts, renouvelables une fois. Si cette façon de faire est loin d’être parfaite, au moins est-il possible de sanctionner régulièrement toute personne n’ayant pas été à la hauteur de ses fonctions ou ayant failli dans sa mission d’intérêt général. En France, pour être blanchi, il suffit souvent d’affirmer, la main sur le cœur : “J’ai changé, j’ai analysé mes erreurs, les épreuves m’ont rendu meilleur.” Une farce de mauvais goût : comment être sérieusement le juge de soi-même ? Gérer, éviter et enfin éradiquer ces dysfonctionnements, ces délits – voire ces crimes – relève-t-il de l’utopie ? Pas du tout ! Plus près de nous, en Italie, la population palermitaine a choisi (dès 2004) de se soulever contre la mafia et de ne plus payer le pizzo, la taxe “de protection” imposée par Cosa Nostra aux commerçants. Ils ont même créé une application pour cela. Et ça marche ! Ainsi, grâce à la géolocalisation, l’application Addiopizzo donne immédiatement l’adresse des commerçants qui refusent de se plier au clan mafieux. Les touristes savent qu’ils peuvent dormir, manger ou acheter des souvenirs sans alimenter les caisses de la mafia. Car il est une chose que ces organisations de l’ombre détestent, c’est la publicité.

Journaliste pugnace

Ces combats sont longs, ingrats, difficiles. Bien souvent, la victime, le lanceur d’alerte, le journaliste pugnace (il n’en est plus beaucoup) se sent esseulé, incompris, coupable, quand sa santé mentale n’est pas mise en cause. Pourtant, il faut continuer et ne jamais se résigner. Pour cela, il faut être vraiment indépendant et ne pas se contenter de recopier les blogs, les communiqués de presse et les dépêches de l’AFP. Ainsi, dans l’affaire des Panama Papers, les médias de Patrick Drahi, de Libération à L’Express en passant par BFM et RMC, n’ont mis en exergue que le démenti de leur “patron”, résident fiscal suisse endetté à hauteur de 48 milliards d’euros. Hormis Mediapart et Le Lanceur, personne ne s’en est ému. Idem dans l’escroquerie de la chaîne TNT Numéro 23, où Le Monde n’a toujours donné la parole qu’à Pascal Houzelot – à la fois proche de MM. Sarkozy, Juppé et Valls – qui a réalisé le casse du siècle sur une fréquence publique et qui est par ailleurs administrateur du journal du soir et protégé de Pierre Bergé. Comme l’écrivait Einstein, “ce n’est pas avec ceux qui ont créé les problèmes qu’il faut espérer les résoudre”. On pourrait ajouter, sans lui faire injure, qu’une chaîne tient toujours par son maillon le plus faible. Ça n’a l’air de rien, mais c’est déjà tout un programme.

à lire également
Selon un communiqué officiel de Matignon, le Premier ministre Édouard Philippe a confié à Michel Boyon, conseiller d’Etat honoraire, "les missions de référent pour la protection des lanceurs d’alerte, conformément à la loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique", nous apprend le communiqué. Ahurissant, après l’escroquerie de la chaîne Numéro 23 et le scandale d’État dont il a été l’un des acteurs principaux entre 2011 et 2013 !
1 commentaire
  1. LEON - 30 avril 2016

    Ça va pas être facile de créer une application AdieuFrancMac pour lutter contre notre petite mafia franco française...

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut