Les difficultés de la presse

L'hebdomadaire Tribune de Lyon, repris par ses salariés, est soutenu mois par mois par la municipalité de Lyon et par un groupe d'industriels du bâtiment et de l'immobilier.

Lyon Capitale, après le coup de Jarnac de la Préfecture et la vindicte de M.Aulas assisté de Me Brumm, est lui aussi amené à se placer sous la protection de la justice administrative et commerciale.

Quant aux Potins d'Angèle, l'hebdomadaire satirique, il survit péniblement grâce à une remarquable économie de moyens et surtout grâce à la qualité et à la proximité de ses sources magiques et mystérieuses au sein de l'appareil administratif et politique.

Un seul groupe de journaux, d'annonces légales précisément, tire brillamment son épingle de ce jeu de perdants, c'est le groupe RICCOBONO, originaire de Toulon dans le Var, qui en quelques années a réussi à regrouper le Tout Lyon, l'Essor, le Patriote du Beaujolais et le Moniteur des Travaux Publics et du Bâtiment ; cet ensemble représentant environ les trois quarts du juteux marché des annonces judiciaires et légales - sur les départements du Rhône et de la Loire.

Le Tout Lyon a créé un service de formalités et de toutes opérations en amont et en aval de la publication des annonces judiciaires et légales - ce qui lui permet d'être un interlocuteur privilégié des communes et de l'Etat.

Ce groupe, remarquablement organisé et géré, dispose d'un réseau de correspondants auprès des services de l'Etat, des collectivités locales et des officiers ministériels et possède également d'importants intérêts dans un réseau d'imprimeurs en France et à l'étranger, notamment au Luxembourg, à Monaco et aux Canaries.

A Lyon, ce groupe est dirigé et représenté par M. Alain MILLAT, M. Marc CHANOZ et Madame Catherine BEROUD.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure

d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut