Préfecture du Rhône

La préfecture du Rhône prend des mesures pour l'Aïd Al-Adha

Dans le cadre de la fête de l'Aïd Al-Adha, la préfecture du Rhône a pris un arrêté, qui débutera le 31 août et se terminera le 5 septembre, interdisant "le transport et la livraison de bovins, moutons et chèvres, sont interdits en dehors des abattoirs agréés".

La fête de l'Aïd Al-Adha va débuter le 1er septembre prochain. Comme chaque année, la préfecture du Rhône a dressé un ensemble de mesures temporaires dans un arrêté préfectoral applicable de 31 août au 5 septembre pour "permettre le déroulement de cette fête dans les meilleures conditions" :

  • Le transport et la livraison de bovins, moutons et chèvres, sont interdits en dehors des abattoirs agréés et des lieux d’élevage régulièrement déclarés à l’établissement départemental d’élevage (EDE)
  • Le don ou la vente des animaux de ces espèces à d’autres personnes que des professionnels de l’élevage est également interdite
  • Cet arrêté rappelle également que la détention de ces animaux vivants par des personnes non déclarées comme éleveurs à l’EDE est strictement interdite

La préfecture rappelle aussi "que le sacrifice doit obligatoirement être effectué dans un abattoir agréé, dans le respect de la réglementation en vigueur et par un sacrificateur agréé. Les animaux font l’objet d’un contrôle vétérinaire qui vise à protéger le bien-être animal et la santé des consommateurs". Le 1er septembre 2017, plusieurs abattoirs agréés du département seront ouverts et les abattages seront organisés en concertation avec la Grande Mosquée de Lyon, le Conseil régional du culte musulman (CRCM) et les associations musulmanes. "Les capacités des abattoirs étant limitées, le CRCM réitère sa recommandation d’étaler l’abattage sur les trois jours de l’Aïd Al-Adha", conclut la préfecture. L'Aïd al-Adha ou l'Aïd el-Kebir est la fête la plus importante de l'islam. Elle célèbre la foi d'Ibrahim (Abraham dans la bible) qui a accepté de sacrifier son fils Ismaël sur ordre de Dieu. L’enfant fut finalement interverti au dernier moment avec un mouton, qui servit d'offrande sacrificielle.

à lire également
David Gréa, à Paris, en mai 2018 © Tim Douet
Son histoire est celle d’un prêtre hyper médiatique qui a déplacé les foules à Sainte-Blandine, la paroisse “derrière les voûtes”, en bousculant les codes à grands coups de “pop louange” version Église évangélique américaine, qui est tombé amoureux, s’est marié et est devenu papa. Notre entretien “Grande Gueule” de juin.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut