Manif-contre-le-mariage-pour-tous-a-l-occasion-de-l-ouverture-des-debats-au-Senat_image-gauche

La Manif pour tous 69 reprend les manifestations à Paris

Le mouvement anti-mariage pour tous du Rhône battra de nouveau le pavé le 5 octobre prochain, à Paris. Il réclame le retrait de la circulaire Taubira et la transparence sur le plan d’action pour l’égalité entre les filles et les garçons à l’école.

Qui a dit que la Manif pour tous avait totalement disparu des radars ? La branche départementale du mouvement anti-mariage gay annonce qu'elle se mobilisera à nouveau le 5 octobre prochain, à Paris. Elle prendra part à une manifestation nationale avec deux objectifs : "Obtenir le retrait de la circulaire Taubira", qui ouvre, selon elle, la voie à la PMA-GPA, et "obtenir la garantie que le plan d’action pour l’égalité entre les garçons et les filles à l’école ne sera pas une nouvelle campagne de propagande pour la théorie du genre à l’école".

Vallaud-Belkacem à l’Éducation : “une provocation”

Sur ce dernier point, le mouvement estime que la nomination de l'ancienne ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, au poste de ministre de l'Education nationale "a sonné comme une provocation à l'égard de tous ceux qui se sont mobilisés pour les droits de l'enfant depuis maintenant deux ans".

La Manif pour tous 69, qui s'enorgueillit d'avoir "fait retirer l'expérimentation des ABCD de l'égalité dans une dizaine d'académies", réclame "une entière transparence sur les contenus, les méthodes et les outils qui seront mis en œuvre" dans le plan d'action pour l'égalité entre les filles et les garçons.

"Défendre le principe d’égalité à l’école est une chose nécessaire", reconnaît toutefois le collectif, qui compte sonner à nouveau la mobilisation. Dans le Rhône, ils ont prévu de distribuer 150 000 tracts, 3 000 affiches et 5 000 autocollants en vue de la manifestation du 5 octobre.

à lire également
Marion Maréchal-Le Pen, aux Assises du FN, en février 2017, à Lyon © Tim Douet
L’école de sciences politiques de Marion Maréchal-Le Pen ouvrira ses portes en octobre prochain, face à l’hôtel de région. Une expérience présentée comme apolitique et estampillée “vie civile” pour l’ex-députée, qui veut occuper le champ culturel. Et infiltrer au passage les réseaux économiques locaux.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut