Bocuse d'or
©Tim Douet

La France remporte le Bocuse d'Or

Après deux jours de compétition, La France remporte le célèbre Bocuse d'Or. Une consécration pour le chef Thibaut Ruggeri, sous-chef chez Lenôtre, à Paris, et sa commis Julie Lhumeau, seule commis féminine sur le concours. Cette septième victoire française dans cette compétition a touché Paul Bocuse, qui s'est montré particulièrement ému au moment de remettre le prix.

La Marseillaise a retenti dans tout Eurexpo ce mercredi soir. la France a remporté le Bocuse d'Or. Une consécration pour le chef Thibaut Ruggeri, sous-chef chez Lenôtre à Paris. Originaire de Rhône-Alpes (il est né à Mégève), il a visiblement conquis les 12 membres du jury international, notamment grâce à son plat de poisson ; un turbot poché avec une tartelette de truffes du Périgord, petit panier au chou aux oignons, cromesquis de parmesan, beurre blanc aux parfums de homard. À l'annonce de la victoire française, la commis tricolore, Julie Lhumeau, seule commis féminine sur le concours, était en pleurs.

"Rigueur et excellence"

Paul Bocuse, le pape de la gastronomie, s'est également montré très ému en remettant le prix à son effigie. Pied-de-nez au récent échec de Lyon pour accueillir la Cité de la gastronomie, Olivier Ginon, président directeur général de GL Events qui organisait l'évènement a déclaré  : "la plus grande Cité mondiale de la gastronomie c'est Lyon". Tandis que, plus sobrement, le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb affirmait de son côté : "S'il y a bien une ville en France où on aime les chefs et où on aime la cuisine, c'est bien à Lyon". "C'est absolument génial, c'est l'aboutissement d'un énorme travail. je vais pouvoir souffler un peu maintenant", a confié le lauréat du Bocuse d'Or 2013. Les critiques de ses pairs sont dithyrambiques. "C'est du très très beau travail. Extraordinaire", a jugé Emmanuel Renault, trois étoiles à Megève et président de l'équipe de France. De son côté, le président du jury de la compétition estime qu'en décernant le Bocuse d'Or à la France, c'est "la rigueur et l'excellence qui ont été récompensées".

La France n'est pas inconnue dans le palmarès du Bocuse d'Or. C'est la septième victoire tricolore, depuis que le concours est né en 1987. Parmi les lauréats précédents, on retrouve Michel Roth et un certain Régis Marcon.

Palmarès

Le Bocuse d'argent va au Danemark et à son chef Jeppe Foldager Andresen. La statuette de bronze revient quant à elle au Japonnais Noriyuki Hamada, coaché par le meilleur ouvrier de France Romulad Fassenet, qui est par ailleurs enseignant à l’Institut Paul Bocuse d’Ecully. À l'énoncé du prix, Paul Bocuse et son associé japonais le chef Hiramitsu se sont embrassés.

Mais d'autres lauréats ont également été distingués. Ainsi le prix spécial poisson revient au Norvégien Orjan Johannessen et le prix spécial viande à Adam Bennett, pour le Royaume-Uni. La même nation se voit également décerner le prix du meilleur commis. De leur côté, le Guatemala et la Hongrie reparte respectivement avec les prix de la meilleure promotion, et du meilleur poster.

à lire également
Histoire - Lyon n’a pas attendu la décision d’un jury ou de l’ouverture d’une "Cité" pour être déclaré capitale de la gastronomie. De l’Empire romain à nos jours, la ville a toujours su se démarquer par sa tradition culinaire et sa capacité à mélanger les influences culturelles au creux des assiettes. Retour sur deux mille ans d’histoire savoureuse, à déguster sans modération.
1 commentaire
  1. lyonnais - 30 janvier 2013

    Ce soir, n'allez pas du côté de la Confluence, se sont des bouchons en continue avec le dîner de gala du Bocuse d'Or à la Sucrière. Pauvres habitants qui ne pourront pas sortir de chez comme d'hab !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut