abattoir L214

L214 : les Lyonnais qui font trembler la filière viande

Une nouvelle vidéo choc de l'association L214 postée sur les réseaux sociaux dévoile des conditions de maltraitance animale dans deux abattoirs. Dans son prochain numéro, Lyon Capitale consacre une longue enquête à L214 et les abattoirs au sujet desquels une commission d'enquête parlementaire est en cours.

Attention, images difficilement soutenables.

Une nouvelle vidéo de l'association lyonnaise de défense des animaux L214 choc montre encore une fois des pratiques d'abattage choquantes sur des bovins, des cochons et des chevaux (matériel défectueux, actes de maltraitance, violation de la réglementation, abattage rituel sans étourdissement).

Les images ont été tournées en caméra cachée entre novembre 2015 et mai 2016 dans l'abattoir de Pézenas (Hérault) et l'abattoir du Mercantour (Alpes-Maritimes) .

Dans le prochain numéro de Lyon Capitale, qui sortira en kiosque vendredi 1er juillet, nous consacrons une longue enquête à L214 et les abattoirs de la région.

Teaser

L214 : les Lyonnais qui font trembler la filière viande

Les vidéos chocs tournées en caméra cachée par l'association L214 dans plusieurs abattoirs français ont suscité un buzz et une vague d'indignation sans précédent dans l'opinion publique. À l'origine de l'ouverture d'une quinzaine d'enquêtes administratives et judiciaires, les images révélant des actes de cruauté animales ont également conduit à la création d'une commission d'enquête parlementaire, dont les travaux sont en cours.

Mais qui se cache derrière ce numéro énigmatique qui, depuis un petit local de la Guillotière, fait trembler le ministre de l'agriculture et l'ensemble de la filière carnée du pays ?

à lire également
À l’angle du 49 quai St-Vincent et du 2 rue de la Martinière dans le premier arrondissement de Lyon se trouve une immense fresque peinte sur une façade d’immeuble, dénommée “la Fresque des Lyonnais”. Quelle est l'histoire de ce trompe l'œil, iconique et célèbre de la ville de Lyon ?
3 commentaires
  1. FEFI - 29 juin 2016

    Les végans comme ceux de la 'marche pour tous' intolérants...

  2. capitaine papy - 30 juin 2016

    Je n'arrive pas à comprendre comment ont peut exercer ce métier avec des méthodes aussi cruelles.Il faut s’interroger sur la nature de ces personnes qui applique ces méthodes barbares.N'y a t'il pas aujourd'hui en 2016 des moyens techniques qui permet d'abattre en douceur et surtout sans souffrance?

  3. Gérard Eloi - 30 juin 2016

    On peut penser que ceux qui ont choisi le métier d'abatteur ont choisi ça par perversité. Un peu comme les bourreaux recrutés par Daech...

  4. webmaster - 1 juillet 2016

    Lyoncapitale.fr offre un espace de liberté aux internautes.Veuillez néanmoins échanger dans le respect des autres et du site.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut