L’EFS appelle aux dons pour éviter la pénurie de sang à Lyon

Comme chaque année, au moment de l’été, l’établissement français du sang (EFS) enregistre une baisse considérable du nombre de dons. Car qui dit vacances, dit absence de donneurs. C’est pour pallier cette insuffisance des stocks de sang que l’EFS rappelle ce mardi qu’il est essentiel de continuer de donner son sang cet été.

"Il est nécessaire que la mobilisation se poursuive et s’inscrive dans la durée", rappelle l’établissement français du sang (EFS) dans son communiqué de presse. En pleine période de vacances scolaires, l’urgence se fait de nouveau ressentir. 10 000 c’est le nombre de dons nécessaires chaque jour afin de pouvoir couvrir les besoins des malades. Une demande constante face à une offre en baisse qui fait craindre une pénurie. Après avoir lancé un appel aux dons le 30 juin dernier, et parce que "les malades ne prennent pas de vacances", l’EFS fait une nouvelle piqûre de rappel ce mardi : "la mobilisation des donneurs est essentielle chaque jour". C’est en raison de leur durée de vie relativement limitée (estimée à 42 jours) que les produits sanguins doivent être renouvelés de façon régulière. C’est aussi parce qu’aucun autre élément ou produit ne peut encore s’y substituer qu’il est important de se mobiliser.

La mise en place de collectes mobiles

Organisées aux quatre coins de la France, ces opérations visent à mobiliser la population afin de reconstituer au plus vite les stocks de sang. Dans la région lyonnaise se sont un peu plus d’une dizaine de collectes qui ont été programmées du 14 au 31 août, de Francheville à Tarare, en passant par Oullins ou encore Craponne. Grâce à ces collectes mobiles, l’EFS espère remédier à la baisse de dons et ainsi combler le déficit sanguin.

Pour rappel, être donneur c’est avoir entre 18 et 70 ans et peser au moins 50kg, qu’importe son groupe sanguin. Toutes les infos sur le site internet de l’établissement français du sang.

à lire également
Impuissance définitive, chute de la libido, excitation génitale chronique ou perte de sensibilité : autant d’effets indésirables dramatiques induits, chez une partie des patients, par certains médicaments, surtout des antidépresseurs. Très peu de médecins les connaissent, ce qui ajoute à la détresse des personnes atteintes, qui sont sans doute plusieurs millions puisque jusqu’à 10 % de la population des pays industrialisés prend des antidépresseurs, la plupart depuis plusieurs années.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut