Wei Jingsheng

“Je suis Wei Jingsheng”

Rétro. L’image avait alors fait le tour du monde. Peu après sa libération, le plus célèbre des dissidents chinois a pu interpeller au mégaphone le numéro 1 chinois Jiang Zemin, depuis le balcon de Lyon Capitale.

Wei Jingsheng

En 1999, Raymond Barre reçoit en grande pompe le numéro un chinois, Jiang Zemin. Malgré un dispositif de sécurité impressionnant, Wei Jingsheng, libéré deux ans plus tôt par la Chine sous la pression internationale, échappe à la filature des renseignements généraux et parvient – grâce à une traboule manifestement inconnue des services de police – à se glisser dans les locaux de Lyon Capitale, rue Puits-Gaillot, dont le balcon donne sur la place des Terreaux. Pour la première fois de sa vie, son oppresseur est à portée de mégaphone. Wei Jingsheng lui annonce l’effondrement inéluctable du Parti communiste chinois et l’avènement de la démocratie.

Le GIPN aux fenêtres de Lyon Capitale

Deux ans plus tard, bis repetita. C’est désormais Gérard Collomb qui trône à l’hôtel de ville et Hu Jintao qui s’apprête à devenir le numéro un chinois. La rédaction de Lyon Capitale a enregistré un nouveau message de Wei Jingsheng, gravé sur CD et distribué avec le journal. Partout sur le passage du cortège, nos lecteurs ouvrent leurs fenêtres et poussent la sono à fond pour faire entendre la parole du dissident. Pour couvrir ce bruit, le cortège officiel est devancé par une camionnette équipée d’un matériel digne du cirque Pinder, qui diffuse de la musique chinoise. Mais, place des Terreaux, alors que les bureaux de Lyon Capitale sont littéralement assiégés – avec une équipe du GIPN armée d’une hache à la porte et une autre devant les fenêtres, montée sur des nacelles et prête à bondir – une partie de la rédaction qui a réussi à dissimuler une sono de concert dans un grenier déclenche l’assourdissant message à l’arrivée de Hu. Lequel, interloqué, marque un temps d’arrêt sur le tapis rouge des escaliers de l’hôtel de ville.

Wei ()

Les rendez-vous de Lyon Capitale

Lyon Capitale et l’école de journalisme ISCPA de Lyon vous invitent à rencontrer Wei Jingsheng, mercredi 5 avril de 18h à 20h, 14 rue Gorge-de-Loup (Lyon 9e).

Entrée gratuite.

à lire également
Police
En garde à vue depuis  plusieurs jours, le compagnon de la danseuse a avoué avoir brûlé son cadavre suite à un "accident domestique", ce lundi. Le corps de la danseuse de 35 ans avait été retrouvé calciné samedi dernier à Taluyers dans le Rhône.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut