Parc OL
© Tim Douet

Grand Stade : Lyon Capitale répond à l’OL

Dans un communiqué publié ce mardi soir sur son site Internet, l’Olympique lyonnais accuse Lyon Capitale d’avoir publié un article sous “un prisme délibérément négatif” sur l’impact financier du stade de Décines. Ce qui appelle quelques réponses de notre part. Oui, le stade dégage de nouveaux revenus. Mais, non, les promesses de Jean-Michel Aulas durant toute la phase précédant l’ouverture du Parc OL n’ont pas été tenues.

Dans son édition de juillet-août, Lyon Capitale s’est penché sur les résultats financiers de l’Olympique lyonnais pour voir quel était l’impact du stade. Pour justifier de la construction d’un stade payé par l’OL mais où la puissance publique a injecté 200 millions d’euros pour financer son accessibilité, Jean-Michel Aulas avait promis que son “nouvel outil” révolutionnerait le modèle économique de son équipe de football. Au terme d’une année complète dans son stade de Décines-Charpieu, nous avons voulu voir si ces promesses étaient respectées ou en voie de l’être. Nous avons listé les améliorations rendues possibles par le stade : l’OL n’est plus obligé de vendre ses meilleurs éléments pour boucler son budget avant le 30 juin, les recettes de billetterie augmentent, le club redevient un acteur du mercato au rayon des arrivées et les manifestations extrasportives sont bien au nombre annoncé et avec un impact financier conséquent (5 millions d’euros).

Des objectifs reportés

Mais nous avons aussi pointé, au grand dam de Jean-Michel Aulas, les incohérences entre ses promesses et la réalité. Le président du club lyonnais avançait, par exemple, des ressources supplémentaires générées par le nouveau stade très conséquentes. Dans notre édition de juillet-août, nous expliquons que les 40 à 50 millions d’euros annoncés ne sont pas atteints. Ce que dément l’OL : “Jean-Michel Aulas avait annoncé que cet objectif était à horizon de cinq ans.” Dans l’interview qu’il nous avait accordée en 2015, il ne précisait pas de date. Mais, dans une interview à L’Équipe, il annonçait que les 40 à 50 millions d’euros seraient récoltés dès la première année. À l’horizon de cinq ans, il tablait à l’époque sur 70 à 80 millions d’euros. Dans une interview au Monde, en septembre 2015, il allait encore plus loin : “Dans cinq ans, on sera plutôt aux alentours de 100 ou 120 millions.” Depuis qu’il a pris possession de son nouvel outil de travail, Jean-Michel Aulas se montre donc beaucoup moins ambitieux.

Sur les neuf premiers mois de l’exercice 2016-2017, le club – hors trading de joueurs (une variable que l’OL enlève ou rajoute au gré des besoins de son argumentation) – progresse de 29,9 millions d’euros selon les résultats financiers publiés le 11 mai 2017. Mais, sur ces 30 millions, plus d’un tiers provient des droits télévisuels, une ressource qui ne dépend pas directement du nouveau stade.

Des ventes de terrain prévues mais pas toujours annoncées

L’Olympique lyonnais nous reproche aussi d’avoir donné la parole à Étienne Tête. Lequel souligne, chiffres publiés par la société OL Groupe à l’appui, que le club a pu flirter avec l’équilibre financier grâce à des ventes immobilières et pas seulement par les ressources générées par le Parc OL. De fait, les résultats du premier semestre 2017 fixent le résultat net du groupe à -2,3 millions d’euros alors que les ventes de terrains à Gerland et Décines ont rapporté plus de 13 millions au club. Les droits à bâtir d’un hôtel sur les terrains du Parc OL ont ainsi été cédés. Dans son édition de juillet 2017, Lyon Capitale rappelle d’ailleurs la position de Jean-Michel Aulas en 2015 sur d’éventuelles plus-values immobilières (les terrains ont été achetés par l’OL au Grand Lyon autour de 40 euros/m2) : “Nous resterons propriétaires à 100 % du Parc Olympique lyonnais. La vente des terrains ne fait pas partie de notre business plan. Je ne suis pas là pour faire des plus-values.” Dans les colonnes du dernier numéro de Lyon Capitale, Thierry Sauvage, le directeur général de l’OL, explique pourtant : “Notre programme d’origine a toujours été de céder ces terrains à des gens dont c’est le métier de les exploiter. Mais nous ne vendons pas pour faire des plus values.”

Un premier semestre déficitaire malgré un effet Grand Stade

Dans le communiqué publié sur son site Internet ce mardi, l’OL préfère ne pas s’attarder sur ses propres chiffres et nous reproche de nous appuyer dessus : “Parler d’un déficit ramené à 2,3 millions d’euros est faux et gravissime alors que les comptes arrêtés au 30 juin 2016 font état d’un résultat avant impôts de 16,7 millions d’euros.” Nous nous sommes appuyés sur les résultats du premier semestre de l’exercice 2016/17 puisqu’ils correspondaient aux premiers éléments financiers de la première saison entière basée à Décines-Charpieu et qu’ils étaient les éléments disponibles les plus récents. Au 31 décembre 2016, le résultat net était bien de -2,3 millions d’euros (contre +19,7 millions d’euros au 31 décembre 2015).

L’OL critique également notre présentation de la moyenne de spectateurs au Parc OL. Il nous est, une fois de plus, reproché d’avoir donné la parole à Étienne Tête, seul opposant qui s’exprime dans un article où trois responsables de l’Olympique lyonnais sont cités. L’élu écologiste pointe que l’affluence moyenne en Ligue 1 pour la saison 2016-2017 ne dépasse pas la capacité maximale du stade de Gerland. Les chiffres lui donnent raison. Dans notre article, pour rester à périmètre constant, nous avons choisi de comparer les affluences en championnat de France. Les rencontres européennes ont été mises de côté puisqu’en 2015-2016 l’OL n’en avait pas disputé dans son stade de Décines. Mais nous avons, dans l’article “Les promesses non tenues du Parc OL”, rappelé qu’en intégrant les matchs de Coupe d’Europe l’affluence moyenne passait, d’après les chiffres du club, à 42 000 spectateurs.

Des bienfaits de l’arrivée d’un actionnaire chinois

L’OL nous reproche aussi notre analyse du refinancement de sa dette, que nous imputerions plus à l’arrivée d’IDG, un fonds chinois qui a acquis 20 % du club contre 100 millions d’euros, qu’aux premières retombées du stade et à leur impact sur la confiance des banquiers. Dans un communiqué daté du 21 mars 2017, le club expliquait pourtant : “OL Groupe a prévu d’affecter une part substantielle du produit de l’émission des titres réalisée au profit d’IDG European Sports Investment Ltd à la réduction de la dette d’OL Groupe, entraînant une baisse corrélative des frais financiers et permettant d’envisager le refinancement global des dettes subsistantes du Groupe.”

à lire également
Bertrand Traoré en pleine action, contre Bordeaux, le 28 janvier 2018 © Nicolas Tucat / AFP
Du Burkina à l’Europe, Bertrand Traoré (22 ans) se plonge dans ses souvenirs pour Lyon Capitale. Une trajectoire rapide pour l’attaquant de l’OL, très imprégné par sa culture africaine.
14 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 12 juillet 2017

    Bravo pour cet article et celui sur support papier ! 🙂

  2. grandlyonnaise - 12 juillet 2017

    Autre promesse non tenue :Pour obtenir les grâces de l'ADEME, et les mansuétudes des autorités et 'faire beau', il était convenu que les énormes émissions de CO2 seraient compensées par la pose de 24.000 m2 de panneaux photovoltaïques ? Seraient ils cachés sous la bâche à moutons qui orne le toit sur toute sa surface ? HELAS !

  3. aypepito - 13 juillet 2017

    Vous êtes sérieux là?On dirait une enquête sur les dérapages financiers du lyon Turin^^ Sauf qu'il ne s'agit pas d'argent public... En d'autres termes, de quoi je me mêle ? Même l'argument du coup des infrastructures qui desservent ce stade ne tient pas car dans notre pays tous les équipements privés sont desservis par des infrastructures publiques. Les journalistes de Lyon Capitale ont-ils chiffré le coût des infrastructures qui les mènent à leur travail (privé), leur domicile (privé) leurs supermarchés (privés) leur salle de cinéma préférée etc. Avez-vous déjà donné la parole aux expropriés et opposants qui refusait la construction des équipements dont vous bénéficiez ? Et quid des 130 millions d'euros d'aide versés par l'État chaque année à la presse? Trop drôle...ou pas.

  4. aypepito - 13 juillet 2017

    @grandlyonnaise Les panneaux photovoltaïques du toit ont été les victimes d'un budget extrêmement difficile à maîtriser. À cause de qui, à cause de quoi ce budget a-t-il explosé à ce point ? Suivez mon regard... Du coup je trouve votre remarque un peu gonflée!

  5. aypepito - 13 juillet 2017

    La métropole de Lyon devait obligatoirement s'équiper d'un grand stade. Le stade de Gerland est classé et ne peut pas être agrandi. il est complètement sous-dimensionné pour les grandes compétitions internationales et ne répondait à aucune des nouvelles normes pour recevoir ces compétitions. J'aimerais bien que Lyon Capitale nous écrive un article pour détailler le coût d'une telle construction à la seule charge du contribuable ! Tant que nous y sommes, laissons aussi à nos supers journalistes le soin de trouver un endroit adéquat pour construire ce stade publique sans aucune expropriation...

  6. Pifpafpoum - 13 juillet 2017

    @aypepito Le stade n'est pas public, vous dites n'importe quoi.Par contre, la collectivité publique a mis 200 millions d'argent public pour les infrastructures.Elle a aussi exproprié les propriétaires de 150 hectares et a bradés les terrains à la Foncière du Montout (40€/m2), détenu à 100% par OL groupe. Un stade, c'est 50ha, un parking de 50 ha, nous comprenons déjà moins pour un projet 'ecologique' et avec déjà 200 millions d'infrastructure. Et il en manque encore 50ha.Vous dites donc une fois encore n'importe quoi.Accessoirement, je vous souhaite de vous faire exproprier, votre hystérie sera alors justifiée.

  7. minecte - 13 juillet 2017

    @aypepito Pour le budget non maitrisé de l'OL groupe concernant les panneaux photovoltaïques, quid du cadeau sur le prix des terrains, 50 hectares à 40€ le m2, alors que ceux-ci devaient être valorisés au moins à 140€ le m2, cadeau de 50M€ !! Posez donc votre regard sur le manque d'état d'âme de Aulas qui vends maintenant ces mêmes terrains acquis de manière immorale pour le citoyen lambda. Et dire que la justice lyonnaise a validée l'action de Collomb et de l'ex maire de Décines, lequel a été évincé depuis 2014 par la justice des urnes à cause de ce stade justement.

  8. epsilon - 13 juillet 2017

    @ ay... Le stade de Gerland n'est pas classé (hormis les grandes arches de Tony Garnier) , mais inscrit à l'inventaire des monuments historiques. Ce qui fait qu'il peut être agrandi jusqu'à 55 000 places ou réduit comme en cette année 2017 à 34 000 places. Par ailleurs, il avait déjà été modifié en 1998. D'autre part, le stade de Décines est un projet privé financé par le public en ce qui concerne les infrastructures d'accès, rien à voir avec une grande surface commerciale qui est accessible à tous et à toutes, gratuitement, et presque tous les jours de l'année. Le coût de 200 millions est largement sous-évalué, car + près de 300 millions, comme l'indiquait Lyon Capitale dans son mensuel de janvier 2016 et comme le laisse à penser le décrochage du T3 pour + de 60 millions Ay Ay

  9. grandlyonnaise - 14 juillet 2017

    1 - Je vous laisse prendre connaissance de ce lien : https://europacity.debatpublic.fr/cout-du-foncierOn va devoir expliquer aux contribuables lyonnais pourquoi ce qui se trouve être normal ailleurs, et pour cause, a été détourné en enrichissement personnel pour ce stade de 'lumières'Pour ce qui est du projet visé par le lien, en voici les caractéristiques et le prix de vente pratiqué : 'Le prix qui serait acquitté par Alliages et Territoires pour acquérir auprès de l'EPA les 80 hectares d'emprise au sol correspond à des droits à construire qui lui imposent de participer au financement des équipements publics de la ZAC, parmi lesquels figurent la future station de la ligne 17 du Grand Paris Express et la reconfiguration de l'échangeur A1/A3/RD 370.' ../..

  10. grandlyonnaise - 14 juillet 2017

    2 - Ce prix sera finalement de 270 millions d'euros (soit 350 €/m2) avec un règlement de zone sous contrôle de la collectivité avec toutes les contraintes d'un règlement de ZAC, pour une surface qui, elle, ne sera pas 'embranchée tram comme c'est le cas de la surface commerciale purement privée (cotée en bourse) contenant un stade un stade privé, où le prix total, tous les réseaux mis à disposition, parkings déportés hors du site et voirie dédiées (de plus de 250 millions d'euros) inclus, a été de 40 €/m2 sans dépenser un euro de plus - Vous ne rêvez pas, c'est la réalité

  11. aypepito - 14 juillet 2017

    Ce stade est privé, desservi par des infrastructures publiques. C'est ce que j'ai dis.Quand vous assistez à un match, vous consommez le produit vendu par une entreprise privée. Exactement comme vous le faites lorsque vous vous rendez dans une enseigne de grande distribution. Pour que vous puissiez bénéficier de tout ce qui rend vos vies plus agréables, il y a bien eu, aussi, des expropriations prononcées, des terres vendues en deça de leur prix, des infrastructures de transport financées par l'argent public et des entreprises qui s'en mettent plein les fouilles .Je ne dis pas que le problème n'existe pas avec ce stade, je dis que, comme d'habitude, les moralisateurs se gardent bien de pointer et de chiffrer l'incidence de leur propre vie sur celle des autres...#hypocrisie

  12. aypepito - 14 juillet 2017

    Pifpafpoum Le stade publique dont je parle en fin de message est le stade hypothétique que nous aurions dû payer de notre poche si Aulas n'avait pas construit le sien. Et tout ça, en plus du cout des infrastructures qui ,elles, sont toujours à la charge des collectivités. Encore une fois, je vous le demande, avez-vous demandé au carrefour, Ikea, Decathlon, cinéma, Walibi que vous fréquentez et chez qui vous consommez de payer les infrastructures routières et de transport qui vous permettent d'accéder à ces entreprises privées? Avez-vous mis le nez dans leurs comptes pour connaître leur viabilité ? Probablement pas puisque ses infrastructures vous arrangent bien. Alors vous vous attaquez à celles qui sont utiles aux autres...#égoïsme

  13. aypepito - 14 juillet 2017

    grandlyonnaise , la réalité, comme vous dites, c'est que nous n'avons pas payer ce stade Alors je vous le demande à nouveau, pouvez-vous chiffrer le coût total d'un tel projet qui aurait été entièrement à la charge du contribuable? (Les infrastructures PLUS l'enceinte sportive)

  14. aypepito - 14 juillet 2017

    Epsilon, le stade de Gerland n'est pas aux normes de sécurité pour les grandes compétitions internationales. C'est un fait. Il a d'ailleurs été recalé en preselection par l'UEFA pour l'Euro 2016. Le coût des travaux pour cette mise aux normes plus une augmentation de capacité auraient été exorbitant. (Enceinte classée.construction en hauteur obligatoire et nouvelles normes de sécurité encore plus contraignantes) Vous,les intervenants à cet article, ainsi que lyon capitale, aurait probablement hurler à la mort contre un tel projet et nous auraient expliqué que l'argent public avait éte mal dépensé et qu'il aurait mieux valu construire un nouveau stade^^.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut