Entre prévention et ambition, Laurence Rossignol est en visite à Lyon

Partagée entre les dispositifs de prévention de la radicalisation et les entraves à l’ambition des femmes dans notre société, le programme est vaste pour la secrétaire d’Etat Laurence Rossignol, en visite à Lyon ce lundi.

Chargée de la famille, de l’enfance, des personnes âgées et de l’autonomie au sein du gouvernement depuis avril 2014, Laurence Rossignol se penchera aujourd'hui sur les actions menées à Lyon.

La matinée sera réservée à la prévention, avec une visite de l'institut régional Jean-Bergeret. Ce centre, spécialisé dans la prévention des conduites à risque auprès des adolescents et des jeunes adultes, a mis au point un dispositif d'appui départemental pour prévenir les cas de radicalisation. Les travailleurs sociaux, les sociologues et les imams qui interviennent dans la structure pourront échanger quelques mots avec la représentante de l'Etat aujourd'hui. Deux mères de famille accompagnées par l'IRJB seront aussi amenées à s'exprimer devant Laurence Rossignol.

Une femme peut-elle vraiment être ambitieuse en France ?

C'est l'intitulé du débat auquel assistera la secrétaire d'Etat à 14h dans le cadre du forum Elle Active, organisé par le magazine féminin. Juste avant, un déjeuner est organisé dans l'une des brasseries phares de Paul Bocuse. Laurence Rossignol sera accompagnée des représentantes des principales associations de femmes à Lyon pour évoquer les actions et combats envisagés à Lyon.

L'après-midi se poursuivra entre les stands du forum Elle Active, à la chambre de commerce et d’industrie, place de la Bourse. L'occasion pour les curieuses de découvrir ce que fait l'Etat pour alléger les familles sur les modes de garde d'enfants, les rythmes scolaires ou les personnes dépendantes. Plusieurs ateliers sont organisés pour le forum, comme celui consacré à comment "booster sa carrière" ou "atteindre ses objectifs professionnels".

à lire également
L’association « les petites cantines », connue sur Lyon pour promouvoir la rencontre à travers le partage d’un repas, va étendre son réseau à Strasbourg, Annecy et Metz. On vous explique pourquoi les petites cantines attirent autant et pourquoi les autres villes se les arrachent.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut