En plus de l’ASVEL, Gilles Moretton devient président de TLM

Il faisait déjà partie du pool de 14 patrons lyonnais qui avaient repris Télé Lyon Métropole au Progrès en avril 2010, autour de Jean-Pierre Vacher, le directeur général. Mais, ce mercredi, l’actuel président de l’Asvel Gilles Moretton est officiellement devenu celui de la chaîne locale.

Le président de l'Asvel a pris ses fonctions à la demande du conseil d'administration et travaillera "en collaboration étroite" avec Jean-Pierre Vacher. L’ancien tennisman professionnel remplace à ce poste Gérard Balthazard, qui se consacrera désormais au développement de la synergie entre TLM et Télé Grenoble Isère. Le directeur général l’a annoncé par le biais d’un communiqué, où il répète l’objectif majeur de la chaîne, et celui qu’aura à atteindre Gilles Moretton : continuer à "se mobiliser pour permettre à l’entreprise de sortir de la sauvegarde en novembre prochain" à l’issue d’une période d’observation prolongée de six mois, décidée le 21 mai dernier par le tribunal de commerce de Lyon.

La “régionalisation” pour stratégie commerciale

Dans le rouge faute d’annonceurs, TLM prévoit toutefois d’étudier "d’autres accords régionaux et l’entrée de nouveaux actionnaires susceptibles de l’aider dans son développement", comme le précise Jean-Pierre Vacher. S’il le faut, outre "les efforts de redressement, la régionalisation engagée en avril dernier entre TLM et Télé Grenoble Isère, la recherche d’économies", la chaîne propose 500 m² de ses locaux de la Part-Dieu à la sous-location.

La semaine passée, une cession semblait en vue selon Tribune de Lyon. Mais, avec Gilles Moretton, TLM semble opter pour la solution interne, en attendant de nouvelles pistes. Ancien de Canal+ et actuel PDG (en plus de l’ASVEL) d’une filiale de Lagardère spécialisée dans la gestion de droits télé, Sportfive, il aura à charge d’ancrer la chaîne dans sa stratégie de "régionalisation", afin de la sortir au mieux de la procédure de sauvegarde sous laquelle elle est placée depuis fin 2012.

à lire également
Mathias Destal, Jean-Pierre Canet, Frédéric Champly et Daphné Gastaldi lors de la présentation de Disclose à Sciences Po Lyon, le 20 novembre 2018 © M. Régis
Entre l'ONG et le média, Disclose veut implanter en France le journalisme d'investigation à but non lucratif afin de “rendre l'information gratuite et sans enjeux financiers”. Ce mardi soir à Sciences Po Lyon, un débat autour des lanceurs d'alerte était organisé pour présenter le projet.
1 commentaire
  1. FOurs - 18 juillet 2013

    'l’entrée de nouveaux actionnaires susceptibles de l’aider dans son développement' ce n'est pas du développement, c'est du repêchage…

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut