Alexis Jenni © Tim
© Tim Douet

Barbarin : Alexis Jenni critique “la culture du silence” de l’Église

Dans un entretien paru dans le journal Le Monde, l’écrivain lyonnais Alexis Jenni exprime sa colère et son malaise suite aux révélations de plusieurs scandales dans le diocèse de Lyon.

Alors que le cardinal Barbarin est actuellement mis en cause dans deux affaires de pédophilie où il lui est reproché de ne pas avoir dénoncé les faits, Alexis Jenni (prix Goncourt 2011 pour L’Art français de la guerre) a vivement critiqué le fonctionnement de l'Eglise dans le journal Le Monde : "Ce qui m’a frappé et accablé dans l’affaire du diocèse de Lyon, c’est la culture du silence de la hiérarchie catholique à propos des questions liées à la sexualité. L’institution religieuse parle de miséricorde mais ne prend pas en compte la souffrance des êtres qui sont victimes d’agression sexuelle."

Questionné sur son point de vue concernant une possible démission du cardinal Barbarin, l'écrivain, qui se définit comme un "chrétien de langue française", a une fois de plus critiqué le fonctionnement de l'institution : "il faut changer la culture de l’institution, dont les hauts dignitaires ne sont que la part émergée. L’Eglise est une machine idéologique folle lorsqu’elle est confrontée à la vie sexuelle en général, et à la pédophilie en particulier. D’un côté, elle exclut les divorcés remariés pour avoir rompu un sacrement, et de l’autre, les homosexuels sous le prétexte d’une mention dans le Lévitique : “Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme : ce serait une abomination” (chap. XVIII, verset 22). Mais elle ne semble pas prendre en compte sérieusement la souffrance de ceux qui sont abusés, et ne semble pas davantage prendre les mesures nécessaires pour que les responsables de ces abus ne puissent plus les commettre", a-t-il critiqué.

Pour tout changer, Alexis Jenni appelle à une "réforme" de l'institution : "Il y a un problème séculaire de l’Eglise avec le corps, à l’image de Grégoire le Grand qui mentionnait l’“abominable vêtement du corps”. Toutefois, ce n’est pas la frustration qui pousse certains prêtres à abuser des enfants, mais cette insupportable emprise sur les âmes. Et puis cet esprit de corps d’une Eglise française surnuméraire, en voie d’extinction, et qui préfère l’omerta à la vérité par peur de s’effondrer. Ce sont les institutions qui, comme l’école ou l’Eglise, peuvent exercer de la coercition sur les enfants, qu’il faut d’urgence réformer."

à lire également
Le père Pierre Vignon, en septembre 2018, à Saint-Martin-en-Vercors © Tim Douet
Le prêtre drômois, évincé du tribunal ecclésiastique de Lyon après avoir lancé une pétition demandant la démission du cardinal Barbarin maintient sa position après cette semaine de procès. L'auteur du livre "Plus jamais ça", sorti ce 2 janvier aux éditions de l'Observatoire salue le courage des victimes et s'interroge sur la soutien dont peut encore bénéficier le Primat des Gaules auprès de ses ouailles lyonnaises.
4 commentaires
  1. Philalèthe - 28 mars 2016

    'Pour tout changer, il appel (sic !) à une réforme de l'institution'. Dénoncer les actes scandaleux de prêtres et l'impéritie de certains évêques de la fin du siècle dernier n'autorise pas un prétendu 'écrivain chrétien' à ressortir les poncifs éculés sur l'Eglise et le corps tout droit sortis d'un nietzschéisme de café du commerce. Le christianisme est la religion de l'Incarnation, de la Rédemption du corps et de la Résurrection de la chair ! Il y a un problème séculaire d'inculture théologique des chrétiens. Que M. Jenni lise ou relise, crayons en main, Irénée de Lyon ou la théologie du corps de Jean-Paul II pour nuancer son diagnostique. Ce qui est à réformer, c'est notre volonté, notre intelligence et notre sexualité qui ne sont pas encore vraiment chrétiennes.

  2. jess - 28 mars 2016

    Bonsoir,Si vous avez besoin d'une relecture de vos articles, je suis votre femme :).

  3. jess - 29 mars 2016

    Merci c'est bien mieux! 🙂

  4. lyon2016 - 29 mars 2016

    L'esprit de justice et de vérité ne font qu'unsimone Weil

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut