Anse : trois hommes "habillés en apôtres" terrorisent une église

Le 4 juillet dernier, les convives d'un mariage à Anse se sont offerts une bonne frayeur. Ils ont pris peur en voyant l’accoutrement de visiteurs, vêtus de djellabas, qui n'étaient manifestement pas sur la liste des invités.

L'anecdote est révélatrice de l'état de tension dans lequel vivent les Français depuis les récents attentats.

Le 4 juillet, la petite église de Anse est en fête : la cérémonie d'un mariage bat son plein. Entre alors dans le pieux édifice un petit groupe de "deux ou trois" individus, vêtus de djellabas et de turbans et munis de bâtons de marche. Ils s'installent sur les bancs de la nef et assistent à l'office.

Il n'en faut pas plus pour provoquer une psychose dans l'église. Qui sont ces étranges individus, quelles sont leurs motivations ? Les ouailles en émoi appellent les gendarmes, qui font évacuer le petit groupe.

Des apôtres sur le chemin de Saint-Jaques

"Les individus ne se sont pas du tout montrés agressifs, bien au contraire. Ils ont dit être habillés en apôtre et faire le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle", nous explique-t-on à la gendarmerie d'Anse, qui, pour sûr, a déjà eu des situations plus délicates à gérer que celle-là. Les pèlerins n'ont pas particulièrement affiché d'appartenances religieuses et n'ont montré que de la curiosité pour la cérémonie. Mais voilà, quelques jours après l'attentat de Saint-Quentin-Fallavier, un simple bâton de marche peut ressembler à une kalachnikov et un vêtement ample engendre bien des peurs, même les plus irrationnelles...

à lire également
Commissariat du 8e
Dans le 8e arrondissement de Lyon, un homme avait pris pour habitude de fouiller dans les boites aux lettres pour chercher les clés. Il cambriolait ensuite les appartements. Il vient d'être condamné à de la prison ferme.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut