Campement de migrants
© Tim Douet

A Lyon, un campement de 150 migrants albanais évacué

Une semaine après la décision d'expulsion rendue par le tribunal administratif de Lyon, les familles qui campaient sur l'esplanade Nelson Mandela, face aux archives départementales, ont dû évacuer les lieux.

De l'aveu même de la préfecture, "la plupart des personnes sont dans une démarche de demande d'asile". Les 149 migrants qui campaient sur l'esplanade Nelson Mandela, dans le quartier de la Part-Dieu (Lyon 3e), ont été évacués ce vendredi matin. "Rien est proposé : pas d'hébergement, pas de réquisition d'immeuble, pas d'ouverture d'un lieu public", s'est insurgé le collectif Agir migrants". La préfecture assure que les 45 personnes considérées comme vulnérables suite au diagnostic social se sont vues proposée "une solution de mise à l’abri".

"Une 5e évacuation en sept mois"

L'opération fait suite à la décision rendue par le tribunal administratif de Lyon le 17 août. Des plaintes avaient été déposées par la Métropole et une filiale du groupe Dalkia, qui doit effectuer des travaux pour le chauffage urbain sur le terrain occupé. Le tribunal a alors ordonné l'expulsion du campement, et le Parti communiste demandé que des solutions d'hébergement soient trouvées.

La majeure partie des 149 migrants est d'origine albanaise (119). Le campement abritait aussi 39 mineurs, dont neuf en bas âge. Le groupe aurait vécu là sa "5e évacuation en sept mois", selon le collectif Agir migrants. Il est vrai que les migrants déplacent leur campement de parc en square au gré des procédures administratives depuis l'hiver dernier.

à lire également
Dans le cadre du projet de requalification du quartier de la Part-Dieu, le tunnel Vivier-Merle fermera dès le 28 mai prochain. Le hic : il ne rouvrira qu’à la fin de l’année 2019.
2 commentaires
  1. Kasneh - 26 août 2017

    Déboutés de mois en mois depuis plusieurs années. Malgré les aides des associations, leurs dossiers de demandeur d'asile doit présenter de sérieuses. failles,

  2. Robes Pierre - 27 août 2017

    l'Albanie n'est ni en guerre ni soumise à une dictature, donc retour de ses ressortissants au pays dont on connait la principale activité sur notre sol, en plus de profiter des aides généreusement distribuées.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut