manifestation coursiers deliveroo
© DR

À Lyon, les coursiers négocient avec les responsables de Deliveroo

Une réunion a eu lieu hier dans les bureaux lyonnais de la plateforme, entre les représentants des coursiers et la direction de l'entreprise. Au menu des négociations : le montant de la prime versée à la commande.

7€50. C'est le montant réclamé par les représentants des coursiers à Deliveroo pour la prime à la commande. La prime proposée aux livreurs dans le cadre des nouveaux contrats est actuellement de cinq euros. Une somme qu'ils jugent insuffisante : "On a des taxes à payer, on n'a presque pas de prise en charge comme on est autoentrepreneurs, alors on va se retrouver à gagner moins que le smic avec la nouvelle tarification."

Face à leur colère, la direction a décidé de faire un pas en avant : "Ils nous ont proposé des minimums garantis tous les jours de 14h30 à 18h30 pendant trois mois." Ainsi, la plateforme s'engage à payer chaque livreur au minimum dix euros par heure, pour pallier d'éventuels moments de vide de commandes.

Des conditions jugées insuffisantes par un des représentants des livreurs : "Cette proposition ne concerne que les anciens coursiers, alors qu'on souhaite qu'elle s'étende à tout le monde. Et en plus à la fin des trois mois on fera quoi ?" L'organisation considère la démarche au mieux "comme un signe de bonne foi", au pire "comme une mesure intéressée".

Des coursiers qui sont donc repartis bredouille de cette rencontre, après avoir indiqué à l'organisation que les mesures proposées ne leur suffisaient pas. Ils ont également dit à l'entreprise qu'ils n'attendraient pas éternellement, après que François Klein, manager régional de la boîte, leur a promis que "Deliveroo travaillait à une autre proposition sans pouvoir en dévoiler la nature". En effet, avec la rentrée qui se profile, les livreurs "ont besoin de savoir à quoi s'attendre".

Face à l'urgence, ils vont donc "proposer une nouvelle rencontre au bureau, afin qu'ils puissent donner plus d'éléments quant à cette mystérieuse solution".

à lire également
Georges Képénékian et David Kimelfeld présentent les maisons de la métropole pour les solidarités
Depuis le 22 février, 18 "Maisons de la Métropole pour les Solidarités" ont ouvert leurs portes pour proposer un point d'entrée unique pour les demandes d'accompagnement et de prestations sociales.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut