Tabata Bonardi
Tabata Bonardi © Tim Douet

Tabata Bonardi a quitté le restaurant Marguerite de Bocuse

Un an quasiment jour pour jour après avoir été propulsée chef de Marguerite Restaurant, dans le quartier Monplaisir (Lyon 8e), la chef franco-brésilienne Tabata Bonardi quitte le groupe Bocuse.

372 jours. Tabata Bonardi sera restée 372 jours à la tête de la grande brigade de Marguerite Restaurant, ouvert le 17 octobre 2013 par le groupe Bocuse, dans le 8e arrondissement. La chef de 36 ans a décidé de tout plaquer, a révélé hier Le Progrès.

Tabata Bonardi était la première femme à la tête d'un restaurant du pape de la gastronomie. Un destin assez incroyable pour cette jeune Brésilienne arrivée de Rio de Janeiro il y a douze ans qui se destinait à la chirurgie. C'est la gastronomie qu'elle finira par épouser. D'abord deux ans dans un restaurant français au Brésil. Pfuiit ! Direction Ecully et l'institut Paul-Bocuse. Puis Nicolas Le Bec – "un génie !" – à son époque deux étoiles. Tabata ouvre ensuite le T-Maki, rue du Palais-Grillet (Lyon 2e) et s'entraîne, dans le même temps, pour le concours du Meilleur Ouvrier de France, qu'elle loupera de justesse. C'est là qu'elle rencontre Paul Bocuse, pendant sa préparation.

L'émission Top Chef 2012 (elle finira 4e) la révélera au grand public.

La 1re femme à la tête d’un restaurant de Bocuse

C'est alors le début d'une nouvelle aventure. Pour la première fois de sa vie, Paul Bocuse veut ouvrir un restaurant avec une femme en cuisine. Tabata Bonardi sera naturellement l'heureuse élue.

Voici ce que Lyon Capitale écrivait, à l'époque, sur Marguerite :

“Ni Collonges ni brasserie donc. Autre chose. Assez féminin. Une cuisine d’instinct, de caractère avec des jus relevés, nets, comme l’épatante bisque de homard. Des saveurs brutes, comme la poitrine de cochon basque Abotia laqué avec une mousseline de potiron aux épices, tombée d’épinards, oignons nouveaux et jus aux olives. C’est affirmé. À la fois dans la technique (dos de lieu noir croustillant en persillade) et dans les goûts, francs (œuf “cocotte” Marguerite, poêlée de champignons au bouillon de bois-café, mouillettes de jambon ibérique). Et féminin, encore une fois.”

"Une cuisine d'antan avec le regard d'une femme du XXIe siècle, expliquait alors le groupe Bocuse. Les mères ont joué un rôle important dans la formation de Paul Bocuse. Choisir une femme aux commandes de ce nouvel établissement est une manière de leur rendre hommage ainsi qu'à toutes ces cuisinières qui ont choisi ce métier."

Exit Tabata, donc. Place à Eric Pansu, le chef des chefs du groupe Bocuse – qui avait formé Tabata à ses débuts chez Marguerite.

La boucle est bouclée. Une femme prendra-t-elle la relève de Tabata Bonardi ? La Brésilienne promet en tout cas de refaire parler d'elle dans quelques années entre Rhône et Saône.

à lire également
Champagne, huîtres, morilles et châteauneuf-du-pape pour la présentation média des Halles du Grand Hôtel-Dieu. "Ici, nous allons inventer les halles de demain et en faire la référence dédiée à la gastronomie". Les yeux bleus de Jean-Paul Pignol brillent. Veste de cuisine au col bleu blanc rouge de Meilleur ouvrier de France bien ajustée, le pâtissier (et […]
1 commentaire
  1. patriceB - 22 octobre 2014

    Ce n'est pas une grande perte pour la gastronomie lyonnaise....

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut