“Le scandale fait partie intégrante de la stratégie de communication du Petit Paumé”

Christophe Cédat, patron du Café 203, et une trentaine de commerçants lyonnais, viennent de s’attaquer au Petit Paumé en collant des étiquettes “RPP- Refus du Petit Paumé” sur la devanture de leurs établissements. Cette action fait suite à la récente critique du guide étudiant sur un restaurant de la Presqu’Ile qui avait glané le prosaïque palmarès de “plus grosse chiasse après le repas”. Le restaurateur avait alors porté plainte. La justice civile avait condamné le Petit Paumé à retirer de son site Internet le nom du restaurateur incriminé et la rubrique litigieuse. Un procès pénal est prévu au premier semestre 2010.

Vous êtes à la tête d’un collectif de commerçants anti-Petit Paumé. Que reprochez-vous au guide étudiant ?

Qu’il a une fâcheuse tendance à devenir satyrique. Les étudiants en question ne peuvent pas d’un côté se déclarer incompétents en termes de critique gastronomique et ensuite allumer les gens ! D’autant plus qu’ils ont produit un faux témoignage devant le tribunal : l’étudiant qui a eu la chiasse après être allé au resto - celui-là même qui a porté plainte pour diffamation - a fait constater sa chiasse par ses copains.

Expliquez-moi : quand vous avez une gastro, vous êtes à plusieurs dans les toilettes ? Vous gardez votre merde dans un bocal ? Plus sérieusement, on assiste à une sorte de “faugélisation”, c’est-à-dire que le scandale fait partie intégrante de la stratégie de communication du Petit Paumé.

Le restaurateur qui a porté plainte contre Le Petit Paumé pour propos diffamatoires a jugé l(dans Lyon Capitale) es auteurs de “gamins qui ne connaissent rien à la cuisine”. C’est aussi votre avis ?

Que ce soient des gamins qui ne connaissent pas la cuisine, à la limite... Ca fait trente ans que ça dure ! La remarque est acceptable, sur la déco, sur l’accueil, etc, mais ce qui me dérange c’est que là c’est illisible, c’est du gros délire. On ne comprend rien. C’est insultant et absolument inconstructif.

Pourquoi peu de commerçants, notamment, des restaurateurs, n’osent pas critiquer ouvertement le Petit Paumé ? Par crainte d’être saqués l’année suivante ?

C’est certain... L’histoire aurait pu s’arrêter là : les étudiants se seraient excusés. Sauf qu’ils assument pleinement leur connerie. Cela témoigne de leur orgueil et de leur croyance en la toute-puissance de leur association dont ils sont très fiers. Est-il normal que des étudiants de l’EM Lyon utilisent en travaux pratiques la démolition d’entreprises. C’est presque de l’abus de bien social ce qu’ils font.

Lire aussi :Le Petit Paume devant la justice pour propos diffamatoires

à lire également
Lyon Capitale a rencontré Jérôme Bocuse, héritier de l'empire Bocuse. Le fils du "pape de la gastronomie" décédé le 20 janvier dernier, nous livre ses attentes et ses ambitions pour le groupe qu'il dirige.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut