chabran

Chabran Drive : un étoilé 40 % moins cher

De sa voiture, le chef étoilé drômois Michel Chabran nous a expliqué le pourquoi du comment de son nouveau concept de gastro-drive. Une première en France.

chabran ()

Comment ça marche ?

On est en train de rôder la mécanique. Pour le moment, tout se fait par téléphone mais d'ici la fin de semaine, on pourra commander et payer via notre site www.chabran-drive.com. Le client aura le choix entre 3 entrées, 3 plats et 3 desserts. Il aura la composition exacte des plats et les photos. En un clic et 60 minutes plus tard, il viendra récupérer son choix à la boutique, en rentrant dans le parking privé. Une heure, car tout est fait-minute.

Comment vous-est venu l'idée de ce “drive-in” ?

J'ai des enfants qui font des études à Londres et à Paris. Ils cuisinent bien, ils ont l'habitude de se recevoir. Parfois, ils nous font des surprises et nous font envoyer des trucs très bien. Et puis, je vois, ce qui se fait et qui marche, notamment à Valence, près de chez moi, les Leclerc Drive et compagnie.

chabran ()

Qu'est-ce qu'on mange au Chabran Drive ?

Tout ce qu'on mange dans mon restaurant une-étoile de Pont de l'Isère. Les mêmes plats. Et le tout à des prix défiant toute concurrence. Comptez entre 30 et 40 % moins cher qu'au gastro. Car vous n'avez pas les couverts en argent, le service haut de gamme. Les plats sont dans des boîtes recyclables, les boissons dans des mugs. Une entrée coûte aux environs de 8 euros, les asperges et copeaux de parmesan à 10 euros. Ces temps-ci, on fait un homard aux cèpes à 29 euros. Quand ce sera la période de la truffe, il y aura une salade de pommes de terre aux truffes. Comptez entre 20 et 30 euros de ticket moyen.

Et ça marche ?

C'est un franc succès ! Depuis notre ouverture le 8 mai dernier, ça n'arrête pas. Le jour même où j'ai fait mon opération de com' avec France Bleu, un mec de Fontainebleau m'a appelé en me disant : “Qu'est-ce que vous me faites de bon ?”. c'est incroyable. Il y a quelques jours, on a eu une bande de jeunes en shorts et t-shirts qui voulaient s'offrir un étoilé pour pas cher. C'est super !

C'est un peu le retour des pique-niques en bord de la nationale 7...

Exactement. Vous sortez à Tain-l'Hermitage et vous êtes à sept kilomètres du Drive. De Valence, il y a 4 minutes. Imaginez les touristes qui veulent faire une halte gourmande en mangeant bien sans perdre trop de temps et trop dépenser...

Et de chanter Trenet (en musique d'attente du serveur téléphonique du restaurant) :

“De toutes les routes de France d'Europe, / Celle que je préfère est celle qui conduit,/ En auto ou en auto-stop,/ Vers les rivages du Midi. / Nationale 7, il faut la prendre qu'on aille à Rome, à Sète,/ Que l'on soit deux, trois, quatre, cinq, six ou sept./ C'est une route qui fait recette.”

à lire également
Lyon Capitale a rencontré Jérôme Bocuse, héritier de l'empire Bocuse. Le fils du "pape de la gastronomie" décédé le 20 janvier dernier, nous livre ses attentes et ses ambitions pour le groupe qu'il dirige.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut