Tafer : "Les journées sont très longues"


Par Anthony Faure
Publié le 05/08/2011  à 11:19
Réagissez

Sept Lyonnais participent à la Coupe du monde des moins de 20 ans de football du 29 juillet au 20 août 2011 en Colombie : Thomas Fontaine, Timothée Kolodziejczak, Sébastien Faure, Clément Grenier, Enzo Reale, Alexandre Lacazette et Yannis Tafer. Ce dernier livre, tout au long de la compétition, ses impressions sur l’événement sur Lyoncapitale.fr. Avant la troisième rencontre face au Mali, l’attaquant de l’OL revient sur l’entame délicate des Bleus, leur réaction lors de second match et sa blessure à la cheville qui l’handicape depuis le début de la compétition.

"J’en suis toujours au même point avec ma cheville (le jeune Lyonnais était forfait contre la Corée du Sud, NDLR). Je me suis entraîné, ça va un peu mieux, j’espère entrer en cours de match ce samedi (dans la nuit de vendredi à samedi, 3h du matin heure française, NDLR). Ce match contre le Mali est très important. On doit confirmer notre regain de forme. Et se qualifier pour les huitièmes. Car le match d’ouverture, face à la Colombie (défaite 4-1)… On a pris une grosse claque. On n’était vraiment pas bien, on s’est fait bouffer dans tous les compartiments du jeu : tactiquement, techniquement et physiquement.

"Les journées sont longues, très longues"

Mais bon, ça nous a sûrement fait du bien, on n’avait pas perdu depuis un an et demi (octobre 2009, NDLR), on a compris que rien n’était gagné d’avance. Le match contre la Corée (victoire 3-1) nous a rassurés. Une dynamique positive s’est créée. Même si tout n’a pas été parfait, l’essentiel était vraiment de poser notre jeu, de se rassurer, de retrouver nos automatismes. Après une semaine passée à Bogota, on a pris nos quartiers à Cali depuis mercredi, où on va rencontrer le Mali.

Les journées sont vraiment longues en Colombie. Non, pas longues, très longues. Une journée type ? Ordinateur le matin, quand la connexion Internet marche (rires), télé colombienne, vidéo en fin de matinée, sieste en début d’après-midi, entraînement en début de soirée, repas, retour dans le chambre. On passe beaucoup de temps dans nos chambres d’hôtel. La sécurité est maximale dans ce pays. Deux policiers restent en permanence à chaque étage de l’hôtel, tous nos déplacements sont très encadrés. La ferveur populaire en Colombie est incroyable".

Lire aussi : Tafer : "Aller jusqu'au bout"

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (9 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.