Métropole : un programme pour "recomposer la ville"


Par Mathilde Régis
Publié le 17/03/2017  à 18:43
Réagissez

Le protocole de préfiguration du nouveau programme de renouvellement urbain a été signé ce vendredi entre l'Etat et la Métropole de Lyon. Quatorze sites ont été retenus pour être rénovés. 

Hélène Geoffroy et Gérard Collomb signe le protocole de préfiguration du NPNRU
©Mathilde Régis
Hélène Geoffroy et Gérard Collomb signe le protocole de préfiguration du NPNRU

Au niveau national, ce sont 6 milliards d'euros qui vont être alloué dans ce programme par l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), avec le concours d'Action logement. Présent pour la signature du protocole de préfiguration avec la Métropole de Lyon, le député-maire de Sarcelles et président l'ANRU, François Pupponi, a commencé par signaler qu'en terme de rénovation urbaine, "Lyon est un exemple quasiment unique en France". Il ajoute ensuite qu'il n'a aucune inquiétude sur le fait que ce protocole contienne "beaucoup de démolitions". "S'il y a bien un endroit où l'on peut faire confiance aux élus locaux pour faire quelque chose d'intelligent, c'est ici" indique-t-il avant de promettre que "l'ANRU sera au rendez-vous des ambitions de l'ensemble des partenaires de ces territoires".

Un territoire jugé plus équilibré depuis les plans de rénovation urbaine précédents

Dans son discours, Gérard Collomb a rappelé son attache particulière à la politique de rénovation urbaine en évoquant ses débuts en tant que maire d'un arrondissement "dans lequel se trouvait La Duchère", un quartier "qu'il voyait se dégrader". "Nous pensons qu'il faut sans cesse veiller à recomposer la ville dans sa mixité sociale, qui a tendance à se fractionner lorsqu'on a plus tendance à vivre côte à côte qu'ensemble. La ville est, de toute éternité, le lieu de la rencontre" a-t-il ajouté. Le programme, conçu sur l'ensemble de l'agglomération, a retenu 14 sites, huit d'intérêt national*, et 6 d'intérêt régional*. Le président de la Métropole a rappelé qu'un premier plan avait permis de démolir 6 295 logements sociaux et d'en reconstruire 5800. "Si, à côté des logements sociaux vous ne reconstruisez que des logements sociaux, cela ne change pas le problème" a-t-il plaidé avant de prendre l'exemple du quartier de la Confluence dans lequel "on ne voit pas la différence entre un immeuble de marché libre et un immeuble de logement social, qui constituent 30% du parc d'habitation". Sans doute pour revenir sur le différend qui avait pu l'opposer, entre autre, à la maire de Vénissieux, Gérard Collomb estime qu'en terme de logement social, le territoire a été rééquilibré. "Le taux de logement social a augmenté à l'Ouest et au sud de la Métropole tandis qu'il a baissé à l'Est" précise-t-il.

Lutter contre l'existence d'un "apartheid territorial, social et ethnique"

Lorsque la parole est donnée à Hélène Geoffroy, qui a quitté un an plus tôt la mairie de Vaulx-en-Velin pour être nommé secrétaire d'État à la ville, à la jeunesse et aux sports, elle indique avoir eut "la chance de faire un tour de France" et d'avoir vu que "partout, avec le premier programme de l'ANRU, nous avons pu voir des changements". La ministre a insisté sur les besoins des familles de pouvoir accéder à un logement décent. "Il est compliqué, lorsque l'on a honte de son logement, de se trouver des perspectives d'avenir" a-t-elle dit avant de "saluer la capacité à travailler entre les territoires les plus prospères et les plus défavorisées" au sein de la Métropole de Lyon. Hélène Geoffroy a ensuite ciblé en particulier la thématique de la rénovation des écoles, qui est au cœur de l'attractivité d'un quartier pour de jeunes parents. Après avoir défendu les mesures du gouvernement comme "l'emploi avenir ou la garantie jeune", Hélène Geoffroy a raconté sa réaction lorsqu'elle était interrogée sur les propos de Manuel Valls sur l'existence d'un "apartheid territorial, social et ethnique". Elle s'était dite "ravie qu'on puisse poser et dire les choses pour les affronter". "Les efforts consistent à faire que chacun ait sa place sur le territoire, quelque soit ses moyens" a-t-elle conclut avant de passer à la signature. 

*Sites d'intérêt national : Bron Parilly, Bron Terraillon/Vaulx-en-Velin Chénier, Lyon 9e Duchère, Rillieux-la-Pape Ville Nouvelle, Vénissieux Minguettes/ Saint Fons Clochettes, Vaulx-en-Velin Grande Ile, Villeurbanne Buers nord et Villeurbanne Saint-Jean. 

Sites d'intérêt régional : Givors les Vernes, Givors Centre-ville, Lyon 8e Langlet Santy, Lyon 8e Mermoz, Saint Fons Arsenal Carnot Parmentier et Saint Priest Bellevue. 

 

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (6 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.