Halle Martinière : David défie les Goliath


Par Fabien Fournier
Publié le 19/10/2011  à 18:56
1 réaction

Halles-Martinière©FlorentAceto_05 ()
© Florent Aceto

Regroupant dix commerçants, le collectif Halle Mart' a répondu à l'appel d'offre de la Ville et espère bien devenir le futur gestionnaire du site. Leur projet prévoit un plafonnement des prix, et une information accrue du consommateur via l'étiquetage. Explications. 

Dans trois semaines, la halle Martinière saura à quelle sauce elle sera mangée. Un groupement de petits producteurs ou, à l'opposé, une grosse enseigne, de type Casino ou Cerise et Potiron ? A ce jour, deux commerçants animent cette halle qui se meurt. En février prochain, elle sera fermée. Mais d'ici là, un nouveau projet sera retenu. Pour relancer ce temple du bon goût, la Ville a lancé un appel à projets qui court jusqu'au 10 novembre, à la recherche d'un opérateur unique. Il gèrera le site via un bail emphytéotique. La municipalité tranchera à la fin de l'année, sur la base d'un cahier des charges. Plusieurs groupes finalisent leurs offres. 

Ouverts 6 jours sur 7, de 8h à 20h

Un collectif s'est créé, Halle Mart', qui présente son projet ce mercredi soir, à la mairie du 1er arrondissement. Celui-ci repose sur dix commerçants, originaires de Lyon et des environs. Parmi eux, le primeur actuel, Mouloud Messad. L'épicier actuel, Lionel Fourcade a décliné l'offre. Il se dit "admiratif" de leur travail, mais proteste contre "l'ineptie juridique" que constitue selon lui cet opérateur unique privé demandé par la collectivité. "C'est approprié pour un gros porteur mais ça créé mille embuches pour un regroupement de commerçants", juge-t-il. "Ce serait une énorme surprise si Halle Mart' gagnait", ajoute-t-il. 

Halles-Martinière©FlorentAceto_03 ()
© Florent Aceto

Et pourtant eux y croient. Ils ont obtenu un financement du fond social européen qui leur a permis de peaufiner leur dossier. S'ils étaient retenus, on trouverait notamment dans la halle un traiteur, une épicerie sèche, un étal de charcuterie et de boucherie, un crémier-fromager, une épicerie fine, un caviste et un bar-restaurant qui proposera des plats du jour et une cuisine de marché. Tous ouverts six jours sur sept, de 8h à 20h. 

Ce regroupement s'est monté sous la forme d'une société coopérative d'intérêt collectif, qui permet d'intégrer des partenaires telles qu'une association de quartier. Cette forme juridique assure aussi le fait que chaque sociétaire dispose d'une voix, quel que soit son apport. "Ce sont des valeurs qui mettent en avant le travail plutôt que le capital", souligne Adrien Lasserre, coordinateur. 

Plafonnement des prix

A la différence d'autres candidats, leur projet ne se veut pas haut-de-gamme. "Nous voulons proposer des produits de qualité à des prix accessibles à tous", insiste Jean-Baptiste Cubaud, président de l'association. Pour éviter des marges trop gourmandes, un panier moyen serait défini, avec un plafond de prix à ne pas dépasser. Voilà qui les différencie de candidats qui souhaiteraient s'inspirer du modèle Eataly, qui existe à Turin et New-York, aux étals plus onéreux. Sollicités par la boucherie André, les designers Vavro, qui ont travaillé pour Paul Bocuse, ont jeté l'éponge. "Le complexe italien et américain est pharaonique. La Halle est beaucoup trop petite", nous a confié leur fils Blaise Vavro, caviste dans le 6e arrondissement. 

En plus d'un plafonnement des prix, Halle Mart' souhaite une information accrue donnée au consommateur. L'étiquetage comprendrait le prix, l'origine géographique des produits, la quantité d'emballages ayant servi à leur acheminement, leur caractère bio ou pas, et le contexte économique entourant leur production (type de société). Conformément au cahier des charges, un espace serait réservé pour des ateliers culinaires, organisés deux fois par semaine, par exemple sur les cuisines du monde, l'éducation au goût des enfants ou la possibilité de manger à moindre prix. 

Le collectif prévoit une enveloppe d'un million d'euros pour la rénovation de la halle, respectant le montant fixé par la collectivité. Pour y parvenir, ils vont lancer ce mercredi une souscription publique. Ces investissements serviront à ouvrir le bâtiment sur le quartier pour qu'il gagne en visibilité. Halle Mart' suggère aussi la tenue d'un marché sur la place Martinière, dès le début 2012, pour créer une synergie. 

  • Actuellement 4.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.7/5 (7 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
1 commentaire

Pour corriger une info de l'article, le collectif Halle Mart' - aujourd'hui association loi 1901 depuis le 31 mai - ne se porte pas candidat pour devenir gestionnaire de la Halle.

L'association Halle Mart' supporte un projet de création de coopérative (SCIC). Cette coopérative n'est pas encore formée. Si le projet est accepté par la Ville, cette structure, qui regroupera producteurs et commerçants, habitants et associations (dont Halle Mart') sera la gestionnaire unique du bâtiment. A l'intérieur de la Halle, chaque commerce louera un espace et restera indépendant.

Un complément aussi pour dire que la réunion publique d'hier soir a été un succès, avec plus de 150 personnes présentes. Un grand merci à tous ceux qui se sont déplacés et nous ont soutenu !

Vous trouverez plus d'information sur http://www.hallemart.fr ou http://hallemartiniere.blogspot.com

Adrien Lasserre

Signaler un abus | le 20/10/2011  à 09:09 | Posté par  hallemart  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.