N.Perrin-Gilbert : "il est indispensable que des débats aient lieu"


Par Mathilde Régis
Publié le 12/03/2017  à 15:34
Réagissez

Présente pour la séance de dédicace autour du livre de Christiane Taubira, "Nous habitons la Terre", la maire du 1er arrondissement de Lyon considère qu'"interdire le débat, c'est à la fois atteindre à la démocratie et faire preuve de faiblesse".

Nathalie Perrin-Gilbert
© Tim Douet
Nathalie Perrin-Gilbert

Lyon Capitale : Vous étiez présente à l'Université Lyon II lors du discours de Christiane Taubira qui précédait la séance de dédicace autour de son nouveau livre. Qu'en avez-vous pensé ?

Nathalie Perrin-Gilbert : Je n'avais jamais rencontré Christiane Taubira et je l'ai trouvé excellente. J'ai eu l'occasion de lui dire qu'elle faisait partie de mes repères en politique. J'avais très envie d'entendre sa voix et d'être présente. Je l'ai trouvé forte, convaincante, et qui a aussi reposé des repères en indiquant qu'il fallait trouver des causes d'exaltation pour s'engager aujourd'hui. J'ai été impressionnée par sa vitalité et par sa force et pour résumer, je trouve que c'est une femme politique au-dessus du lot.

Christiane Taubira n'a pas évoqué l'annulation par la ville de Lyon de sa rencontre à la salle des Rancy. Vous partagez l'idée qu'il ne s'agit là que d'une "péripétie" ?

Je trouve que c'est très bien qu'elle n'en ait pas parlé, ça n'avait pas à être évoqué. Elle est à Lyon et elle a dit qu'elle se sentait ici chez elle. Elle a remercié l'Université Lyon II de l'accueillir et tout était dit. Devant un amphithéâtre bondé, elle transmet ce qu'elle a à transmettre et le reste n'est que de l'anecdote. Pour moi, c'est vraiment une femme qui s'est inscrite dans l'histoire depuis plusieurs décennies maintenant, et elle n'a pas besoin de revenir sur ce qui est anecdotique.

Cette semaine un débat organisé par la rédaction de Médiapart à la bibliothèque municipale de Lyon et auquel vous étiez invité a également été annulé par la ville de Lyon, considérant que la bibliothèque municipale n'avait pas vocation à organiser des meetings politiques pendant la période électorale. Entendez-vous cet argument ou pensez-vous qu'il faille continuer de parler de valeurs sans citer de noms ou de programmes ?

En l’occurrence aujourd'hui, il n'y a eu ni nom ni programme cité, on était fermement sur des valeurs. Selon moi, il est indispensable que des débats aient lieu, tout le temps, et en particulier à des moments de rendez-vous électoraux. Non pas pour prendre part à un débat électoraliste et dire pour qui voter, mais pour donner des repères. Qu'est-ce qu'une démocratie sans débat ? Cela n'existe pas. Comme Christiane Taubira l'a expliqué, la démocratie est ce qui organise la pluralité des opinions. Pour que la pluralité puisse exister, il faut poser un cadre et c'est le cadre démocratique. Avoir des débats, c'est renforcer cette démocratie alors que les interdire, c'est l'affaiblir et donner plus de poids à d'autres formes d'expression, parfois plus violentes. Je crois que la parole est importante pour la politique, mais aussi pour le bien-vivre, l'échange d'idées et le respect. Interdire le débat, c'est à la fois atteindre à la démocratie et faire preuve de faiblesse. De quoi a -t-on peur ? Je crois qu'il ne faut pas avoir peur de la parole, au contraire, ni même des opinions divergentes, à partir du moment où elles se respectent.

  • Actuellement 3.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3.4/5 (15 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.