Métropole de Lyon : Ph.Cochet conteste l'augmentation de ses collègues


Par Mathilde Régis
Publié le 12/08/2017  à 12:44
1 réaction

Le président du groupe Les Républicains au conseil de la Métropole a déposé un recours au tribunal administratif de Lyon contre la délibération qui fixe les indemnités des membres de la commission permanente.

Philippe Cochet© Tim Douet_018 ()

À en croire Philippe Cochet, l’exécutif aurait pris comme base de calcul l'indemnité maximale et non réelle pour augmenter de 10% les indemnités des membres de la commission permanente de la Métropole. Lors du conseil de la Métropole le 20 juillet dernier, une délibération fixait les indemnités du président de la Métropole, David Kimelfeld, des 25 vice-présidents, des 27 membres de la commission permanente ainsi que des 112 conseillers métropolitains. Le président serait alors indemnisé de 4 977,67 euros chaque mois, les vice-présidents de 2 736,55 euros, les membres de la commission permanente de 2 488,83 euros et les conseillers métropolitains de 1 335,38 euros.

Un recours pour faire annuler la délibération

Une décision qui pourrait être annulée par le tribunal administratif selon le président du groupe Les Républicains, car la majoration de 10% des indemnités des membres de la commission permanente aurait été calculée sur la base de l'indemnité maximale que peut toucher un conseiller métropolitain. Le calcul aurait, selon lui, dû se baser plutôt sur la base de l'indemnité réelle, ce qui ferait mécaniquement baisser les indemnités. Lors de ce conseil sous le signe des finances, Philippe Cochet regrettait des “dépenses de fonctionnement [qui] continuent inexorablement leur augmentation” et qui empêcheraient de dégager des dépenses en investissement. Une augmentation de dépenses de fonctionnement démenti par Richard Brumm, le vice-président délégué aux finances. Par ce recours au tribunal, Philippe Cochet pourrait finir par obtenir satisfaction en faisant calculer de nouveau, et sans doute à la baisse, les indemnités des membres de la commission permanente. Pour rappel, après avoir perdu son siège de député, Philippe Cochet augmentait ses indemnités de maire de Caluire de 1 233 euros, en justifiant avoir baissé son indemnité locale pendant les quinze ans où il était député et ainsi “fait économiser plus de 70 000 euros à la ville depuis qu’[il] était devenu parlementaire”.

  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3.8/5 (4 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
1 commentaire

que c'est touchant la dévotion au service de la Métropole, touchant surtout des indemnités, on comprend mieux les bagarres pour les postes , la moralisation dans tout ça , on verra plus tard.

Signaler un abus | le 13/08/2017  à 14:52 | Posté par  Robes Pierre  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.