Lyon : 1,8 million d’euros pour surveiller les bâtiments abandonnés


Par Lucas Larcher
Publié le 23/01/2018  à 15:41
1 réaction

En séance publique du conseil de la Métropole, les élus ont validé un plan de télésurveillance des bâtiments inoccupés, pour un montant de 1,8 million d’euros. Pour les opposants au projet, il faudrait plutôt trouver un nouvel usage pour ces lieux, tel que l’hébergement d’urgence.

Des migrants occupent un squat à Villeurbanne
© Rémi MARTIN
Des migrants occupent un squat à Villeurbanne

"1,8 million d’euros pour surveiller des salles vides". Les élus du Groupe de Réflexion et d’Action Métropolitaine (GRAM) n’en reviennent pas. Le conseil de la Métropole de Lyon vient pourtant de voter pour un plan de "Prestations de télésurveillance et interventions sur les bâtiments et immeubles inoccupés de la Métropole de Lyon". Comme l’explique le rapporteur du dossier, Prosper Kabalo, vice-président (en charge de l’Administration générale, Logistique et Patrimoine bâti), il est question de "sécuriser les biens en portage". En filigrane, il s’agit bien d’éviter les squats.

Trouver un nouvel usage à ces bâtiments inoccupés

Le GRAM a fait entendre ses réserves, mais cela n’a pas suffi. Dans son intervention, Nathalie Perrin-Gilbert (maire du 1er arrondissement de Lyon) a demandé que soit communiquée aux membres du conseil une liste des bâtiments inoccupés de la Métropole, concernés par ce texte. Cette "photographie" du parc immobilier devrait comporter : le propriétaire, le précèdent usage du bâtiment, son usage envisagé, sa date d’abandon, son état d’occupation actuel, etc.

Nathalie Perrin-Gilbert a interpellé le président de la Métropole, David Kimelfeld, sur la question de la mise à disposition de ces locaux "aux associations", pour de "l’hébergement d’urgence", pour des "conventions d’occupations temporaires", ou encore de laisser des "artistes" se saisir des lieux. Le GRAM a également souligné l’absence de plafond maximum de dépense, et a appelle ses collègues à la vigilance. De son côté, David Kimelfeld a fait le dos rond, en assurant qu’il n’y avait "pas de contradiction" entre la volonté du GRAM et les actions de la Métropole.

  • Actuellement 3.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3.4/5 (5 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
1 commentaire

Quelle honte d' utiliser l' argent public pour maintenir des gens à la rue !

Signaler un abus | le 24/01/2018  à 09:26 | Posté par  Lolo-Ito  
(Mentions légales, cliquez-ici)
Mot de passe oublié ?